//Techniques minceur complémentaires | Maigrir Avec Moi

Techniques minceur complémentaires

1426635-les-crudites-c-est-bon-pour-la-ligne

Manger cru: est-ce bon pour la minceur?

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Manger certains aliments crus, c’est bon pour la santé. C’est même indispensable, car nombre de nutriments
(vitamines, enzymes, fibres, minéraux, acides gras…) sont détruits ou fortement modifiés par la cuisson. Mais l’impli-
cation directe du «cru» dans la minceur n’a pas de sens au niveau biologique.
Certaines théories nutritionnelles recommandent de manger tous les aliments crus (crudivorisme) pour entretenir la santé et lutter contre certaines maladies. C’est un non-sens scientifique et humain. N’oublions pas que l’homme a eu des difficultés à apprivoiser le feu et qu’il a mis plusieurs milliers d’années pour concocter des recettes lui permettant de métaboliser certains aliments. La encore, la solution réside dans le juste milieu : le tout cru est aussi stupide que le tout cuit.
C’est la cuisson des viandes qui a permis, pendant des siècles, de consommer les animaux en se protégeant contre
certaines maladies qu’ils transportaient. Indéniablement, la cuisson sécurise certains aliments et permet une meilleure assimilation de certains autres.
Côté minceur, manger cru ne fait donc pas plus maigrir que manger cuit. Une fols encore, c’est l’impact métabo-
lique des aliments (et de la façon dont ils sont cuisinés) qui a le dernier mot. Mieux vaut focaliser votre attention sur
l’équilibre et les SLIM-data de vos repas, tout en continuant à les composer naturellement d’une partie raisonnable de
cru (les entrées, les fruits…) et d’une partie plus importante de cuit.

Originally posted 2014-09-04 16:09:58.

img_article3896

Le chrome: pour aider le métabolisme des graisses et des sucres

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Pour que les cellules puissent utiliser facilement et harmonieusement le glucose qui circule dans le sang, nous
avons vu qu’elles ont besoin d’un flux d’insuline adapté. Le chrome est un oligoélément essentiel qui aide à réguler
le taux de sucre sanguin en économisant la production d’insuline par le pancréas. Il limite donc l’ampleur des
crises d’hypoglycémie réactionnelles. Il participe également à la synthèse des acides gras et du cholestérol, dont il aide à réguler le taux sanguin. Lorsqu’on manque de chrome, la carence se manifeste d’abord par de la fatigue et… une prise de poids!

Dans les aliments, le chrome est surtout fourni par les céréales complètes et le sucre complet, mais il disparaît au
cours du raffinage. Dans 100 g de blé complet, il y a 18 mg de chrome, alors que dans la farine blanche raffinée il n’en
reste plus que 2 mg ! De la même manière, les procédés de raffinage suppriment plus de 90 % du chrome présent dans
le sucre de canne brut. On trouve aussi du chrome dans les coquillages et la levure de bière, mais ces aliments ne
sont pas tous les jours au menu. L’alimentation moderne est donc généralement carencée en chrome. Pour compen-
ser ce manque, vous pouvez faire quatre fois par an (idéal, aux changements de saison1) une cure de chrome, pendant trois à six semaines. La dose moyenne prescrite dans le cadre des cures minceur est de 150 à 200 microgrammes par jour.
Le chrome présent dans les aliments n’a rien à voir avec le chrome industriel qui provoque des allergies de contact.
Le chrome nutritionnel est trivalent, alors que son homologue industriel est hexavalent2. Vous ne courez donc aucun risque en vous rechargeant en chrome. Mais, à l’inverse, une carence vraie rend plus difficile un rééquilibrage des flux insuliniques et des crises d’hypoglycémie. Pensez-y toujours si les coups de barre et les fringales sont votre point faible.

Originally posted 2014-09-04 12:02:03.

transferir (11)

Le magnésium et le lithium: système psychique et nerveuse

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Ces deux substances sont indispensables au bon fonctionnement du système nerveux et des neurones. Le magné-
sium participe à la transmission des informations entre les cellules nerveuses. Pendant les périodes de stress, nous
consommons davantage de magnésium. Lorsqu’on en manque, cela se manifeste par de la nervosité, des troubles de
l’humeur, des problèmes de sommeil, des crampes, des crises de spasmophilie…
De son côté, le lithium1 régule le fonctionnement nerveux et cérébral. Il est couramment prescrit dans les cas
de nervosité, d’anxiété, d’angoisse, de déprime, de subdépression… Il aidera à calmer naturellement les troubles de
l’humeur et à réguler le sommeil.
On trouve du magnésium dans le chocolat noir, les céréales complètes, les noix, les noisettes, les figues, les légumes secs… Mais souvent, cet apport n’est pas suffisant.
Une supplémentation en magnésium et en lithium vous aidera à réguler votre humeur, à apaiser votre anxiété et
à soulager une éventuelle déprime. Vous pouvez suivre ce traitement complémentaire pendant les deux premières
phases de votre rééducation métabolique, puis faire une cure de trois semaines quatre fois par an (à chaque changement de saison).

Originally posted 2014-09-04 12:02:30.

fruits

Les aliments «light» sont-ils efficaces pour perdre du poids?

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Les aliments light, comme le martèle le contenu des messages publicitaires qui vantent leurs qualités, ont été
créés pour répondre à la théorie calorique des aliments.
L’homme de la fin du 20′ siècle ne pouvait pas s’empêcher de trop manger, alors on lui a proposé des «aliments-équivalents» susceptibles de lui faire prendre moins de poids.
Ces aliments ne sont pas mauvais en eux-mêmes, mais ils constituent une réponse aussi inadaptée au problème du
surpoids que les régimes hypocaloriques stricts. D’autre part, leur saveur et leur consistance ne satisfont pas tou-
jours les chémorécepteurs de la cavité buccale (papilles, récepteurs chimiques du goût…) et même ceux du tube
digestif. Plusieurs tests ont montré que les consommateurs de beurre light, par exemple, consomment, au bout de quel-
ques jours, une plus grande quantité de ce beurre sur leurs tartines pour compenser la perte de saveur.
Dans les boissons light, le sucre est remplacé par des édulcorants chimiques, associés à de nombreuses
autres substances (conservateurs, colorants…). Je reste très réservé quant à nos capacités métaboliques à gérer des centaines (pour ne pas dire des milliers) de substances chimi- ques nouvelles, créées lors des cinquante dernières années.

Cependant, certains aliments portant le label «light» échappent à ces réserves. Ce sont des produits que le traitement
«spécial minceur» rapproche de leurs modèles d’origine. Le jambon light, par exemple, se rapproche davantage d’un jambon de grande qualité, peu gras, que des jambons industriels courants. Certains plats cuisinés light sont préparés avec un soin particulier (dégraissage des bouillons, diminution de l’apport en sucres…)- Ces aliments sont donc meilleurs que leurs équivalents industriels non light, mais ils ne vaudront jamais de bons produits de qualité, cuisinés à la maison.
Les laitages light constituent un cas à part. Il faut bien faire la différence entre les produits laitiers allégés, dont la
fabrication nécessite une grande quantité de modifications technologiques (beurres, crèmes, desserts lactés…), et les
laitages à 0 % de matières grasses (yaourt, fromage blanc, fromage frais). Ces derniers sont simplement fabriqués
à partir de lait totalement écrémé. Ce sont donc de vrais aliments, non transformés. Et ils ont éventuellement leur
place dans la première, et même la deuxième phase de votre rééducation métabolique. Mais ensuite, ne vous privez
pas de la saveur et de l’onctuosité d’un vrai yaourt entier sous prétexte qu’il contient entre 20 % et 40 % de matières
grasses par rapport à sa matière sèche, ce qui représente en réalité guère plus de 3 % à 5 % du produit complet!

Originally posted 2014-09-04 16:10:04.

le-palper-rouler-une-technique-de-massage-minceur-7417-600-600-F

Quelques techniques minceur complémentaires

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Vous avez pris la décision de transformer votre alimentation, pour faire du bien à votre corps, apaiser votre men-
tal et votre stress émotionnel, et surtout perdre du poids.
C’est très bien. Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez avoir recours à quelques – coups de pouce – qui
vous soutiendront dans vos efforts si vous les utilisez avec mesure et bon sens.
Soyons clairs: il n’existe pas de miracle en la matière et aucun produit ne peut vous faire perdre durablement
du poids si vous ne commencez pas, d’abord, par transformer votre manière de vous alimenter. C’est le premier
pas essentiel grâce auquel vous cesserez de déséquilibrer votre métabolisme avec des aliments (incontournables
certes) transformés, raffinés et bourrés d’additifs de toutes sortes, associés à l’aveuglette.

En marge de cette rééducation alimentaire essentielle, dans le cadre de ma pratique, je conseille souvent à mes
patients certains produits naturels ou techniques minceur complémentaires:
• des oligoéléments et minéraux qui jouent un rôle tant dans le métabolisme des sucres que dans la régulation de
l’humeur;

• des plantes traditionnelles qui aident à évacuer l’eau infiltrée dans les tissus ou à améliorer le fonctionnement et
le drainage des organes digestifs;

• des gestes de massage qui activent la circulation sanguine et lymphatique, ce qui accélère l’évacuation des toxines;

• je conseille également la pratique régulière et modérée d’une activité physique, ludique et conviviale;

• enfin, dans certains cas bien précis, le recours à la chirurgie esthétique peut s’avérer utile.

Originally posted 2014-09-04 12:01:05.

transferir (12)

La chirurgie esthétique

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Difficile de parler de «coup de pouce» lorsqu’on aborde la chirurgie. Il s’agit pour le moins d’une technique plus
«musclée»!
Il existe deux types de réponses chirurgicales aux problèmes de surpoids. La première n’a pas sa place dans ce
livre: pose d’anneau gastrique, diminution partielle du volume de l’estomac, résection du tube digestif… Ces interventions ne sont indiquées que dans les cas de grande et grave obésité, lorsque l’excès de poids est tel qu’il menace le processus vital et l’équilibre psychique. Elles appar- tiennent au monde hospitalier et demandent un suivi très sérieux, à la fois diététique, biologique, endocrinologique et psychologique.
La seconde voie chirurgicale, plus classique et plus connue du grand public, est celle de la chirurgie esthétique. Les deux interventions les plus courantes sont la lipoaspiration et la liposculpture du corps. De nos jours, il n’y a quasiment plus de différence entre ces deux techniques, car le savoir-faire et les législations ont évolué de manière très positive. Tout bon chirurgien qui pratique une lipoaspiration est aujourd’hui compétent pour redistribuer en douceur une partie de la graisse aspirée dans d’autres zones contiguës du corps, afin d’harmoniser l’ensemble du tissu graisseux et de «sculpter» esthétiquement les courbes du corps (en évitant les creux et les bosses très disgracieux des tissus).

Le choix est alors simple : soit on garde ces rondeurs qui risquent de devenir un point de fixation névrotique sur lequel on projette toutes ses insatisfactions ; soit on se soumet à une restriction alimentaire tellement stricte qu’elle risque de déséquilibrer et de carencer l’organisme sans pour autant donner les résultats escomptés ; soit on a recours à une intervention de chirurgie esthétique locale, parfaitement indiquée et qui a toutes les chances de donner de bons résultats.
Dans l’immense majorité des cas, je déconseille les interventions esthétiques (sur les tissus graisseux, s’entend)
lorsque la personne n’a pas réussi à maîtriser son surpoids, car une seconde intervention (dans le meilleur des cas) risque d’être nécessaire en fin de parcours, après la fin de la cure d’amincissement. Il faut donc impérativement maîtriser son poids et rééduquer son métabolisme avant d’attaquer les dernières zones rebelles, s’il en reste, à l’aide d’un acte de chirurgie esthétique.
Lorsque l’indication est clairement et justement posée, il reste à choisir le « bon » chirurgien. Mais pour choisir, il
faut avoir le choix. Je conseille donc de consulter plusieurs médecins. Écoutez le bouche àoreille, sélectionnez les deux ou trois meilleurs et prenez un rendez-vous avec chacun d’eux. Cela vous coûtera le prix d’une ou deux consultations supplémentaires, mais ce ne sera pas une dépense perdue.
Choisissez celui avec lequel vous vous sentez le plus en confiance, dont la voix vous plaît, qui vous fournit une écoute attentive et patiente; qui vous offre également les explications les plus claires, qui vous propose plusieurs solutions… Et aussi celui qui possède la meilleure qualification. Un chirurgien esthétique est d’abord un chirurgien ou un médecin spécialiste qui s’est qualifié ensuite en esthétique. Renseignez-vous sur son droit d’exercer et sur ses diplômes.
Fuyez toute intervention proposée dans l’arrière-chambre d’un cabinet médical, dépourvu des équipements
d’hygiène et de sécurité liés aux risques inhérents à une anesthésie. Les seules interventions qui échappent à ce
conseil sont les « micro-aspirations-sculptures -, effectuées sous anesthésie locale légère. Mais elles doivent tout de
même être pratiquées dans un espace parfaitement adapté aux normes en vigueur en matière d’hygiène et de stérilité.
Enfin, si la perspective de cette intervention éveille en vous des sentiments de peur, d’angoisse, de phobie, n’hésitez pas à vous faire aider par un psychothérapeute compétent. Certains se sont spécialisés dans les troubles de l’image du corps (dysmorphophobie), et la plupart des services de chirurgie esthétique sérieux disposent d’un psychologue ou d’un psychiatre attaché à la consultation, qui peut vous fournir ce précieux soutien.

Ce qu’il faut retenir

• Pour vous aider dans votre cure minceur, vous pouvez bénéficier du soutien de certains oligoéléments et plantes spécifiques à l’efficacité parfaitement établie: magnésium, lithium, chrome, radis noir, fenouil, orthosiphon, fucus…

• N’oubliez pas de pratiquer une activité physique (pas forcément sportive!). Inutile de trop forcer, l’essentiel est de pratiquer souvent et régulièrement une activité ludique adaptée à vos goûts.

• Associez à votre programme minceur des techniques manuelles qui ont fait leurs preuves : massage, drainage lymphatique, palper-rouler…

• Et si, lorsque vous avez atteint votre juste poids, vous apercevez quelques amas localisés (réellement disgracieux) de graisse ou de cellulite ayant résisté à tous vos efforts, vous pouvez avoir recours à la chirurgie esthétique.

• Adressez-vous pour cela à un praticien qualifié opérant dans un cadre agréé. Et n’hésitez jamais à avoir recours aux conseils ou au soutien d’un psychologue spécialisé.

Originally posted 2014-09-04 12:05:16.

Regime-vegetarien-pour-mincir-702x336

Faut-il manger bio pour bien mincir?

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Il est important de bien distinguer la notion d’alimentation «naturelle» et équilibrée, de celle de nourriture «biologique». D’autant que, pour certains, toutes deux (mais prises séparément) sont liées au «bien manger». C’est une confusion regrettable. Pour bien manger, il faut avant tout essayer de comprendre les bases du fonctionnement de notre métabolisme, afin de bien choisir les aliments que l’on consomme, de bien les associer et de bien les cuisiner. Une nourriture biologique peut ensuite valoriser cette bonne hygiène alimentaire, mais elle ne peut pas la remplacer. Il
vaut mieux manger des produits non bio de grande surface en respectant l’hygiène alimentaire que des produits bio
sans la connaître. Bien entendu, ma préférence va à une hygiène alimentaire servie par des produits biologiques!
Un exemple: le pain. S’il est fabriqué avec des ingrédients bio mais à la levure, le résultat sera bio, certes, mais
totalement indigeste.

Cette remarque est valable aussi pour les jus de fruits. Même bio, ils sont tout aussi riches en sucres, naturels
certes, mais déséquilibrants pour l’organisme si vous en consommez plus de 25 cl à 30 cl par jour. On pourrait en
dire autant du miel : c’est un aliment noble et sain, surtout s’il est bio, mais il apporte lui aussi de grandes quantités de
sucres, très concentrés, ce qui est déséquilibrant pour les personnes ayant déjà un pancréas fragilisé. La consomma-
tion intensive de miel bio (ou de tout autre sucre bio: sucre d’orge, sucre de riz, sirop d’érable…) entraîne rapidement
une irritation pancréatique qui va provoquer des crises d’hypoglycémie, puis, à la longue, un prédiabète. Le «bio»
est un label qualitatif très important, mais ce n’est pas, en soi, une garantie d’hygiène alimentaire. L’idéal est, et
reste, bien sûr. la conjonction de l’hygiène alimentaire et des aliments bio.

 

 

Originally posted 2014-09-04 16:09:53.

Le-drainage-lymphatique-pour-maigrir-702x336

Les techniques manuelles

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Dans le cadre d’un programme d’amincissement efficace, ne négligez pas le pouvoir des techniques manuelles, sur le plan tant physique que psychique.
• Quelle que soit la technique utilisée, un massage global, effectué par un professionnel, dynamise les échanges cellulaires, stimule les organes internes, accélère le transit, et surtout gomme tous les effets négatifs de l’excès de stress. Cela dynamisera votre programme minceur, en même temps que cela apaisera vos nuits.
Pour obtenir des résultats durables, la durée minimale d’une séance doit être de trente minutes, au moins deux fois par mois. Demandez toujours un massage qui intègre une partie abdominale et viscérale, afin de bénéficier des effets stimulants sur la sphère digestive.

• Le drainage lymphatique manuel peut également vous faire beaucoup de bien, à condition d’être réalisé sérieusement, par les mains expertes d’un spécialiste bien formé, et pendant au moins trente minutes. Ce massage stimule la circulation lymphatique, ce qui accélère l’élimination des déchets et des toxines qui encombrent les tissus.

• Enfin, sur les zones rebelles (fibrosées. cellulitiques…), vous pouvez avoir recours à des techniques spécifiques, comme le palper-rouler ou l’opposition manuelle, qui peuvent réoxygéner ces zones asphyxiées (voir p. 190).
À la fin du massage, pour en améliorer encore le résultat, buvez un grand verre d’eau ou de tisane de fenouil, à petites
gorgées (jamais froide ou glacée).

Originally posted 2014-09-04 12:04:44.

images (12)

Les minéraux et les oligoéléments

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Les minéraux et les oligoéléments participent à la lutte contre le surpoids de trois manières:
– en facilitant le métabolisme des sucres et des graisses;
– en aidant à la détente psychique et nerveuse qui empêche l’accumulation des stress quotidiens;
– en permettant de combler certaines carences biologiques.

Originally posted 2014-09-04 12:01:33.

70d788_a23ce1be1b71dfbfb9242a7389734f3e

Les plantes médicinales

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Dans l’immense arsenal thérapeutique de nos grands-mères et des apothicaires d’antan, on trouvait déjà nombre de
plantes médicinales susceptibles d’aider la perte de poids.
Pendant l’amincissement, l’organisme est obligé de se débarrasser d’une quantité plus importante de déchets et
de toxines. Vous pouvez l’aider en mangeant des aliments draineurs (céleri, fenouil, poireau…); en pratiquant un
sport (la transpiration et l’accélération de la circulation sanguine et lymphatique participent à l’élimination); et
surtout en faisant une cure de plantes drainantes.
En voici quelques-unes, parmi mes préférées.

Le radis noir, pour combattre la paresse hépatique
Le foie est l’organe central de transformation et de redistribution des corps graisseux. Lorsqu’on a le foie déséquilibré ou paresseux, il est plus difficile de contrôler son poids de manière durable, car la digestion est soumise aux
«caprices» de cet organe. Pourtant, il est très facile à satisfaire. En dehors des contextes pathologiques (hépatite,
parasitose hépatique, maladies dégénérât!ves…), Il suffit de lui offrir un drainage végétal régulier, associé à une aide
enzymatique classique.
On le trouve facilement en extraits buvables (ampoules) ou en poudre de plante sèche (gélules). Je préconise plutôt les extraits liquides, même s’ils sont assez désagréables au goût; l’effort en vaut la peine.

Pendant une semaine, prenez une ampoule de radis noir matin et soir (15 minutes avant les repas); puis, pendant
la semaine suivante, une ampoule de citrate de bétaïne matin et soir. Ensuite, buvez chaque jour quelques tasses
de tisane de chicorée, d’anis étoile ou de fenouil.
Parfois, cette cure n’est pas suffisante. C’est le cas notamment lorsqu’un stress ancien et violent a laissé un impact,
une trace biologique qui perturbe plus globalement le fonctionnement digestif. Il faut alors ajouter à la cure des enzymes digestives (amylases, lipases. protéases, lactase…), que l’on trouve également en pharmacie sous forme de
comprimés (1 ou 2 comprimés au début des trois repas).

L’orthosiphon, pour aider à éliminer l’eau et les toxines
Il existe de nombreuses plantes à effet diurétique, certaines plus douces que d’autres (la reine-des-prés, la piloselle…). Les feuilles d’orthosiphon augmentent le volume des urines et la fréquence des mictions. Comme elles ont, en outre, un très léger effet relaxant, elles constituent une aide précieuse pendant les cures minceur.
Là encore, le plus simple est de consommer l’orthosiphon sous forme d’extrait liquide (ampoules) ou de poudre de
plante (gélules). Vous pouvez faire une cure de trois semaines pendant la première phase de cette méthode minceur, à raison de 1 ampoule ou de 2 gélules le matin et à midi (le soir, l’orthosiphon peut perturber le sommeil, en vous obligeant à vous lever trop souvent!). Recommencez un mois plus tard.

Le fenouil, contre les ballonnements
C’est à la fols un aliment délicieux (en salade, à l’étouffée, à la vapeur…) et une vraie plante médicinale. Les fleurs de fenouil forment des ombelles dont s’échappent de minuscules graines. Ces dernières sont très efficaces pour aider la digestion, réguler la flore intestinale et éliminer les ballonnements. Elles sont aussi légèrement diurétiques.
Le fucus, pour freiner le stockage des graisses
C’est une algue brune très riche en sels minéraux, en vitamines et en oligoéléments, un véritable cocktail minceur.
Le fucus contient notamment beaucoup d’iode, qui tonifie le fonctionnement de la glande thyroïde, laquelle gère le
métabolisme énergétique. Il favorise ainsi la combustion des graisses alimentaires et stimule aussi tous les échanges cellulaires. En outre, le fucus exerce une fonction régulatrice sur l’appétit grâce au mucilage qu’il contient.
Vous pouvez également utiliser le fucus pour vous préparer des bains minceur, car, par voie externe, il aide à désinfiltrer les tissus.
On trouve du fucus sous forme de poudre sèche (gélules et comprimés d’environ 350 mg), d’extraits liquides pour
le bain (ampoules). Attention : certaines personnes sont particulièrement sensibles à l’iode, notamment si elles sont
sujettes à l’hyperthyroïdie. Dans ce cas, il faut bien sûr en tenir compte et adapter les doses de plante ou demander conseil à son médecin traitant.

Originally posted 2014-09-04 12:03:42.