//régime | Maigrir Avec Moi

régime

regime-e1363065095846

Votre minceur: faire baisser le SLIM-data de vos repas

Posted by | Méthode SLIM-data, Principes fundamentaux | No Comments

Voici le vrai secret de cette méthode : le contrôle du SLIM-data global de vos repas suffit à éviter les fausses
faims, donc la «surbouffe» et le «surstockage»!
Son principe de base: au cours d’un même repas, associer les aliments de manière à faire baisser le SLIM-data
global de l’ensemble. Cela suffit pour réguler rapidement le fonctionnement du pancréas, apaiser les «souffrances»
du cerveau et reconnecter le centre de la satiété. Vos prises alimentaires diminuent naturellement sans que vous ayez besoin de vous préoccuper des quantités que vous absor- bez. Peu à peu, vos cellules graisseuses, libérées du stress métabolique, réveillent leur mémoire-minceur et envoient au cerveau un message régulateur et rééquilibrant. Votre cerveau « recale » alors ce qu’il considérait comme votre poids normal et prend enfin en compte votre surpoids comme un excédent dont il convient de se défaire. Libérés dustress insulinique. les adipocytes se défont plus facilement de leur contenu graisseux pour répondre à vos besoins énergétiques réels. Et la minceur s’installe d’elle- même, grâce à cette rééducation de l’équilibre alimentaire qui agit aux niveaux digestif, cérébral et adipeux. Vous diminuez vous-même votre ration calorique sans stress, ni manque, ni frustration. Cette méthode agit à l’Inverse des régimes classiques. En fait, c’est votre corps qui se remet à fonctionner «au bon régime»!
Pendant cetemps.vousmettezfinàresclavagealimentaire qui vous enfermait dans le cercle vicieux de la culpabilité.
Là où les régimes habituels teintent l’humeur de morosité, voire de déprime (subdépression), cette méthode vous
libère de ces pressions psychologiques et émotionnelles.
Vous renouez avec un tonus à la fols physique et psychique. Vous ne subissez plus de – coup de pompe » ni de « coup de blues». Votre attention est maintenant focalisée sur le plaisir d’apprendre la bonne manière d’associer les aliments.
Comme aucun aliment n’est formellement Interdit (hormis pendant les trois premières semaines) et que vous
n’avez pas à surveiller les quantités, vous pouvez renouer avec le plaisir de cuisiner. Vous pouvez jouer avec les
saveurs, les textures, les épices, les aromates… Cuisiner redevient pour vous un acte minceur en même temps qu’un
instrument de santé et d’équilibre.

Ce qu’il faut retenir
• Notre nourriture a davantage changé en 50 ans qu’en 50 siècles
• La plupart des aliments industriels raffinés ont vu leur SLIM-data augmenter, voire exploser.
• Les recettes traditionnelles se perdent au profit de menus anarchiques dont le SLIM-data flambe lui aussi.
• Ces transformations perturbent notre métabolisme, notamment en provoquant des sécrétions d’insuline trop fréquentes et des flux insuliniques inadaptés.
• Cela provoque des minicrises d’hypoglycémie vécues par le cerveau comme une «souffrance».
• Résultat: notre cerveau déclenche son plan d’urgence en réclamant de la nourriture même lorsqu’il n’en a pas besoin, ce qui perturbe son équilibre global (dérèglement du centre de la satiété, fausses faims irrépressibles). Ces fausses faims provoquent une surconsommation calorique incontrôlable, responsable du surpoids.
• Ces déséquilibres neurométaboliques répétés sont responsables de la prise de poids. Le manque de volonté n’y est pour rien.
• La seule solution minceur durable est le rééquilibrage métabolique global: pancréas, centre de la satiété, tissu adipeux…
• Pour rééquilibrer ces mécanismes, Il suffit d’apprendre à mieux connaître les aliments et à les associer de manière à diminuer le SLIM-data global des repas.
• Cela permet de supprimer les crises d’hypoglycémie, de maîtriser les fausses faims, de réguler naturellement l’appétit, de réveiller la mémoire-minceur des cellules graisseuses et de diminuer sans effort les prises alimentaires.
• La perte de poids est rapide, naturelle et durable. Ce n’est plus un but stressant à atteindre, mais une conséquence bienvenue du rééquilibrage métabolique par les SLIM-data.

Originally posted 2014-09-02 16:42:36.

comment_prendre_du_poids_sainement

Les personnes qui ont du mal à grossir

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

En positif comme en négatif, en plus ou en moins, nul n’est jamais complètement satisfait de son sort. Et les personnes très (ou trop) minces désirent souvent reprendre quelques kilos pour étoffer une silhouette trop osseuse, même si leur métabolisme fait des envieux parmi les personnes sujettes au surpoids!
Les unes comme les autres peuvent résoudre leur problème grâce au même maître mot: l’équilibre nutritionnel.
Le rééquilibrage métabolique et organique qu’induit cette méthode provoque un réveil de la «mémoire minceur»
chez les personnes qui ont du poids à perdre et un réveil de la «mémoire grosseur» chez les personnes trop maigres.
En fait, je parle de mémoire-minceur car ce livre s’adresse d’abord à ceux qui désirent perdre du poids. Mais il aurait
été plus exact de parler de «mémoire du juste poids». Et pour retrouver ce juste poids, il faut parfois prendre quelques kilos. De l’avis même de ceux qui cherchent à grossir, c’est une entreprise encore plus difficile que de perdre des
kilos superflus. En appliquant soigneusement la méthode SLIM-data, en mâchant bien (c’est primordial pour les maigres et fondamental pour les gros) et en adoptant une activité physique régulière mais modérée, il est possible d’atteindre rapidement le résultat escompté.

Originally posted 2014-09-03 09:51:55.

mangerr

Les principes fondamentaux de la méthode Slim-Data

Posted by | Méthode SLIM-data, Principes fundamentaux | No Comments

Tous les régimes amincissants reposent, peu ou prou, sur l’une des deux équations suivantes. La première:
«Moins on mange, plus on maigrit.» C’est la voie de la restriction, chère entre autres à tous les régimes hypocaloriques. La seconde: a Lorsqu’on prive l’organisme de graisses et de sucres, on provoque une utilisation forcée, et donc une fonte, de la graisse en réserve. C’est ce changement du métabolisme digestif, imposé et brutal, qui motive notamment les régimes hyperprotéinés et certains régimes dissociés.
Que l’on prive l’organisme de nourriture ou qu’on l’oblige à modifier radicalement son métabolisme, on le soumet à
des changements qu’il juge trop violents. Dans la mesure où le cerveau a enregistré le surpoids comme étant un
poids d’équilibre, 11 vit les changements imposés par les régimes comme une agression intolérable et incompréhen-
sible au niveau cellulaire. Or, le corps a horreur des bouleversements rapides et imposés ! Faute d’une rééducation
alimentaire progressive (capable de réveiller la mémoire-minceur inscrite dans nos cellules), il n’aura de cesse de
revenir au surpoids qu’il a enregistré comme une norme d’équilibre. L’échec de ces régimes trop brutaux pour le
corps est donc inscrit dans leur principe même.
Les bases de notre relation à l’alimentation se sont construites dans des temps très anciens. Nos ancêtres préhistoriques étaient confrontés régulièrement au danger du manque de nourriture. Leur corps a appris à stocker de l’énergie en vue des privations à venir, grâce à des mécanismes biologiques très sophistiqués de contrôle et de rétrocontrôle. Ce réflexe de stockage est inscrit dans notre cerveau ancestral, reptilien, celui qui gère nos pulsions et nos besoins vitaux. Le cerveau des humains évolués que nous sommes devenus n’a pas tout à fait oublié ces messages archaïques. Lorsque nous malmenons nos corps avec des privations trop rapides et trop intenses, celles-ci sont vécues comme une agression biologique et déclenchent de véritables «réflexes de survie». L’instinct de conservation refait alors surface et nous pousse à reprendre les kilos perdus pour nous protéger du danger (de la peur ancestrale de manquer!) Et aucun acte de volonté ne peut lutter contre cet instinct à long terme.
La seule manière de rééduquer durablement votre mémoire métabolique (acquise) et de réveiller votre mémoire-minceur (génétique), c’est de transformer votre manière de vous alimenter. Mais auparavant, il vous faut
comprendre ce qui a vraiment changé dans l’alimentation depuis une cinquantaine d’années, et comment votre organisme a réagi à ces modifications.

Originally posted 2014-09-02 15:48:39.

images (7)

La méthode

Posted by | Grand tableau, Méthode SLIM-data | No Comments

Dans la méthode SLIM-data. ce qui compte, ce ne sont plus les quantités d’aliments, ni les calories, mais l’équilibre entre les choix et les portions qui constituent votre repas.

Phase 1 (3 semaines)
•  3 Unités Alimentaires zone verte du tableau ou 2 Unités zone verte et 1 zone orange.
• Choisissez obligatoirement 1 de ces 3 Unités Alimentaires parmi celtes suivies d’un p.
• Pas d’aliments de la zone rouge et de la zone violette.

Phase 2 (3 semaines)
•  2 Unités Alimentaires zone orange et 1 zone verte ou 1 menu de la phase 1.
• Choisissez obligatoirement, pour chaque repas, 1 Unité Alimentaire parmi celles suivies d’un p.
• 2 fois par semaine (non consécutives) vous pouvez manger 1 Unité zone verte. 1 Unité zone orange et 1 Unité zone rouge.
• Évitez toujours les aliments de la zone violette.

Phase 3 (stabilisation, jusqu’à votre juste poids).
•  1 menu de la phase 1 ou 1 menu de la phase 2.
•  2 fois par semaine (non consécutives) 1 Unité Alimentaire zone verte et 2 Unités zone rouge.
•  Pour chaque repas, 1 Unité Alimentaire suivie d’un p,
•  Rarement des aliments de la zone violette.

P – Ce signe permet de repérer tes aliments riches en protéines.


ZONE VERTE

Force de stockage faible à consommer librement

Légumes
Artichauts crus
Artichauts cuits
Asperges crues
Asperges cuites
Aubergines cuites
Blettes cuites
Brocolis crus
Brocolis cuits
Carottes crues
Céleri
Champignons (crus ou cuits)
Chou cru
Chou cuit
Chou de Bruxelles
Chou-Heur cuit
Chou-fleur cru
Concombre
Courgette
Cresson
Échalotes crues
Endives crues
Endives cuites
Épinards crus
ÉpinarrJs cuits
Fenouil
Germes de soja crus
Germes de soja cuit
Haricots verts frais
Navet cru
Navet cuit
Poireaux
Poivrons (rouges, jaunes ou verts.
cuits ou crus)
Pousses de bambou
Radis (roses ou noirsl
Salade verte
Salsifis
Tomates

Fruits frais
Airelles
Cerises
Citron

Clémentines
Coing
Kiwis
Lychees
Mandarines
Orange
Pamplemousse
Tangerine

Fruits secs
Amandes
Noisettes
Noix

Céréales
Seigle en grains
Son d’avoine
Son de blé

Légumineuses et féculents
Tofu de soja p
Haricots rouges
Laitages
Fromage blanc nature p
Fromages frais Ichèvre, brebis, vache)
Lait de brebis p
Lait de chèvre p
Lait de vache écrémé p
Petits-suisses p
Yaourt aux fruits p
Yaourt de brebis p
Yaourt nature p
Poissons et crustacés
Caviar p
Coquilles Saint-Jacques
Crabe p
Crevettes p
Écrevisses p
Encornets p
Huîtres p
Langouste p

Viande et oeufs
Autruche p
Lapin p
Œuf à la coque p
Toutes les viandes rouges (agneau.
boeuf, canard, cheval, mouton…)
Viande blanche (veau) p
Volailles (poulet, pintade, cailles,
pigeon…)
Aliments en conserve
Cœurs de palmier
Crabe au naturelp
Crevettes au naturel
Hancols verts
Thon au naturel p

Condiments et aromates
Ait
Blanc d’ceuff
Gélatine
Oignon cru
Oseille
Pickles
Piment
Toutes les herbes aromatiques
fraîches Ibasilic, coriandre,
ciboulette, aneth…)

Boissons
Thé et tisanes sans sucre
Toutes les eaux minérales plates


 

ZONE ORANGE
Force de stockage moyenne
consommer librement, mais généralement associés à des aliments de ta zone verte

Légumes
Avocat
Betteraves cuites
Choucroute lie chou uniquement!
Échalote cuite
Fèves cuites (fraîches ou sèches)
Fèves fraîches crues
Gombos
Panais
Petits pois frais

Fruits frais
Ananas
Banane verte
Brugnon
Cassis
Fraises
Framboises
Fruits de la passi
Goyave
Grenade
Groseilles
Kakis
Kumquats
Manque
Melon
Mirabelles
Mûres
Myrtilles
Nectarine
Nèfles
Papaye
Pastèque
Pêches
Poires
Pomme crue
Prunes
Raisin
Rhubarbe

Fruits secs
Pignons
Pistaches
Raisins secs

Céréales
Boulghour
Céréales de petit déjeuner sans sucre
ni matière grasse Ide type AU Bran)
Couscous (la graine seule)
Farine (de blé. de froment, de sarrazinl
Flocons d epeautre
Orge
Pain au levain semi-complet ou complet
Pain au son
Pain aux céréales
Pain de campagne au levain
Pain de seigle
Pâtes à la farine complète, al dente
Pâtes alimentaires, al dente
Riz complet (riz brun] Seigle
Semoule de blé fine

Légumineuses et féculents
Fève sèches
Flageolets frais ou secs
Haricots blancs
Igname
Lentilles
Pois chiches frais ou secs

Laitages
Fromages à pâte cuite
Fromage blanc aux fruits ou aromatisé p
Lait de vache demi-écrémé p
Poissons et crustacés
Œufs de saumon p
Œufs de truite p
Poisson pané p

Viandes et oeufs
Abats (foie. cœur, tripes, langue, ris de veau, rognons…) p

Conserves
Choucroute garnie (avec peu
de charcuterie) *
Flageolets
Mais
Maquereaux au vin blanc p
Petits pois
Pois chiches
Sardines à la tomate p
Thon à la tomate p

Matières grasses 
Huile d’olive crue
Huile de tournesol crue
Huile de sésame crue
Huile de carthame crue

Condiments et aromates
Bouillon de viande en tablettes
(sans glutamatel
Cornichons et légumes au vinaigre
Moutarde
Oignons cuits
Olives vertes
Préparation pour bouillon de poisson
(sans glutamatel
Sauce de soja naturelle
Vanille en gousse

Desserts
Crêpe nature
Gâteau de riz maison (très légèrement
sucré au sucre complet ou
au fructose!p
Gaufre nature
Glace au yaourt
Milk-shake aux fruits et non sucré
Sorbet

Boissons
Café sans sucre
Eaux minérales aromatisées sans sucre
Eaux minérales gazeuses


 

ZONE ROUGE
Force de stockage assez forte à toujours associer avec des aliments de ta zone verte

Légumes
Carottes cuites
Carottes en purée
Citrouille cuite
Courge cuite
Potiron cuit
Purée de légumes
Soupe de légumes avec pommes de terre

Fruits frais
Abricots
Bananes mûres
Châtaignes
Figues
Pommes cuites

Fruits secs
Abricots secs
Cacahuètes
Dattes
Figues sèches
Pâte d amande
Pruneaux

Céréales et légumineuses
Biscottes complètes
Biscuits apéritifs
Blé précuit
Couscous précuit
Crackers complets
Feuilles de brick cuites au four
Feuilles de brick frites
Feuilles de riz (pour les rouleaux
de printemps crus)
Feuilles de riz frites Inems)
Flocons d’avoine
Galettes de riz soufflé
Gressins
Muesli
Pain azyme
Pain blanc
Pain brioché artisanal
Pain brioché industriel
Pain de campagne à la levure
Pain de mie blanc
Pain de mie complet
Pain polaire
Polenta (à la semoule, à la farine de mais ou à la farine de châtaigne)

Légumineuses et féculents
Millet
Patates douces
Pois cassés
Pommes de terre cuites à Teau
Pommes de terre en purée
Pommes de terre frites maison

Laitages
Fromages fermentes (camembert, bleu, etc.)
Fromages fondus à tartiner
Fromages fondus pour croque-monsieur ou hamburger
Lait de vache entier
Poissons et crustacés

Viandes et oeufs
Bacon p
Jambon cru p
Merguez p
Œufs brouillés p
Œufs frits au plat p
Pâtés et terrines p
Porc
Rillettes p
Saucisse de Francfort artisanale p
Saucisse de Strasbourg artisanale
Saucisse p
Saucisson p

Conserves
Cassoulet p
Harengs à l’huile p
Haricots blancs
Haricots blancs à la tomate
Lentilles
Œufs de poisson (caviar, oeufs de saumon, œufs de lump…) p
Poissons fumés Isaumon, truite…)
Sardines à l’huile p
Tapenade
Thon à l’huile p

Matières grasses
Beurre frais
Crème fraîche
Graisse d’oie ou de canard
Graisse de palme
Huile d’arachide
Huile de maïs
Huile de pépins de raisin
Mayonnaise industrielle
Mayonnaise maison

Condiments et aromates
Chapelure
Ketchup de qualité Isans additifs)
Moutarde aromatisée sucrée
Olives noires
Tablettes de bouillon de viande avec
glutamate
Vinaigre

Desserts
Barres chocolatées
Beignet maison
Brownie
Cake au fruits
Chocolat au lait
Chocolat noir
Confitures
Crème brûlée
Crème chantilly
Crème de marrons
Crème dessert industrielle
Crème dessert maison (légèrement sucrée au sucre complet ou au fructose)
Crêpe au sucre ou à la confiture
Flan industriel p
Flanc maison (légèrement sucré au sucre complet ou au fructose)
Gâteau de riz maison
Gaufre à la chantilly
Gaufre au sucre ou à la confiture
Glace au lait
Loukoum
Madeleine aux œufs
Miel
Milk-shake industriel
Muffin
Nutella
Pain d epice
Pâte chocolatée

Boissons
Alcools de grains secs (whisky, vodka)
Café sucré
Champagne
Chocolat instantané préparé à l’eau
Chocolat instantané préparé au lait
Eaux minérales aromatisées très sucrées
Jus de fruits frais
Jus de fruits industriels
Soda light
Sodas sucrés
Thé et tisanes sucrés
Vin rouge et vin blanc de qualité


ZONE VIOLETTE
Force de stockage forte à  éviter (pas plus de 2 fois par mois)

Fruits secs
Cacahuètes
Amandes fumées et salées
Céréales
Baguette blanche industrielle
Biscottes blanches
Biscuits salés et fumés chimiquement
Céréales sucrées, raffinées
industrielles de petit déjeuner
Corn-flakes sucrés
Crackers blancs
Petits pains suédois
Riz blanc précuit
Riz soufflé
Viennoisenes industrielles

Légumineuses et féculents
Chips
Chips aromatisées
Chips fumées

Viandes et œufs
Charcuterie industrielle p
Saucisse de Francfort industrielle p
Saucisse de Strasbourg industrielle p

Matières grasses
Beurre de cacahuète
Aromates et condiments
Tablettes de bouillons chimiques
Ketchup
Sauce soja (avec conservateurs et additifs)
Sauces industrielles avec conservateurs
et colorants, sucre et glutamate

Desserts
Bonbons industriels chimiques
Gâteaux industriels
Sucre blanc

Boissons
Alcools de fruits
Apéntrfs
Bière
Liqueurs
Sirops de fruits
Sodas et colas
Vins cuits

Plats cuisinés
Petits fours sucrés

Originally posted 2014-09-03 14:29:50.

images (3)

Les bébés

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

Maîtriser un tant soit peu la nutrition du jeune enfant, c’est lui donner les bases d’une vie saine, et surtout lui offrir toutes les chances d’éviter le surpoids et les maladies qui en découlent. Certaines théories scientifiques tendent à donner au surpoids une base essentiellement génétique.
Même si un facteur génétique intervient dans la manière dont se déroulent les processus métaboliques et la détermi-
nation du juste poids, certaines de ces théories me semblent parfois mal étayées et trop orientées. Certes, de nombreux facteurs génétiques Interviennent au niveau de la stature, de la densité corporelle et de la répartition des graisses. Mais personne n’est destiné à devenir obèse ! La manière de se nourrir intervient toujours de manière prioritaire dans la prise de poids (en dehors du cadre pathologique). Or, s’il est difficile encore (et même impossible) d’agir sur ces facteurs génétiques, il est plus facile de surveiller sa manière de manger. Et plus les bonnes habitudes nutritionnelles sont prises de bonne heure, mieux elles sont ancrées dans la mémoire de vos cellules. Si vous habituez votre enfant à manger sainement et à respecter naturellement les SLIM-data dès son plus jeune âge. Il résistera plus facilement aux innombrables sollicitations marketing de l’industrie agroalimentaire et préférera cette alimentation équilibrée à toute autre. Et ce, toute sa vie. Il n’existe qu’une seule exception à cette règle : les mala-
dies génétiques graves du nouveau-né. qui dépassent également le cadre de cet ouvrage et ne représentent qu’une
part infime des cas de surpoids et d’obésité. Dans tous les autres cas, l’alimentation joue un rôle déterminant dans la
prise de poids.
Les bébés viennent au monde avec une alimentation parfaitement adaptée à portée de bouche : le lait qui coule des
seins de leur maman. À l’exception de problèmes de santé graves ou de certaines impossibilités techniques, toutes
les femmes peuvent allaiter. Mesdames, efforcez-vous de dépasser vos craintes: vous pensez peut-être que l’allaitement est douloureux; qu’il abîme les seins; qu’il empêche de retrouver rapidement sa ligne… Mais c’est le plus beau cadeau que vous pouvez offrir à votre bébé. Aucun doudou, aucune nounou, aucun présent ne peut égaler la richesse émotionnelle et nutritionnelle de cet échange magique. Vous me sentez très enthousiaste, et vous avez raison. Je n’ai jamais fait l’expérience de l’allaitement et leur cause! Mais j’en ai constaté presque chaque jour les effets bénéfiques à court, à moyen et à long terme. C’est, pour le bébé, un facteur de développement physique, physiologique, mental, immunitaire et bien sûr émotionnel incomparable.
Cependant, si cela s’avère difficile ou impossible, et si votre enfant ne supporte pas les laits maternisés courants,
commencez par diluer les doses de lait maternisé en poudre dans deux fois la quantité d’eau préconisée. Cela peut suffire pour habituer lentement et en douceur le métabolisme de votre enfant. Si ce n’est pas suffisant, choisissez
un lait qui contient un lactose «prédigéré». Si l’intolérance persiste, donnez au bébé un yaourt de brebis bio, que vous aurez dilué au mixer dans un demi-litre d’eau de source.
Ajoutez un peu de sucre et donnez ce mélange au biberon, en fonction de l’âge et de la demande.
Passé les premiers mois, le jeune enfant peut commencer à ingérer d’autres aliments. Mais son système digestif n’est
pas prêt à recevoir des aliments cuisinés ou sophistiqués avant l’âge de 7 à 9 mois. Commencez donc par lui donner
des produits laitiers demi-écrémés, des jus de fruits frais dilués dans de l’eau, des légumes bouillis ou vapeur réduits
en purée, puis introduisez progressivement des fruits en compote sans sucre, un peu (le poisson blanc, de poulet ou de viande blanche mixés.
Mais évitez surtout de lui donner trop souvent des farines ou des dérivés de céréales (bouillies). Certes, ces produits
calent son estomac, mais le sommeil qui suit les repas est de mauvaise qualité. Ils sont satisfaisants pour la tranquillité des parents, pas pour le métabolisme des enfants. Les dérivés de céréales sont tout à fait déconseillés avant l’âge de 7 à 8 mois, car les bébés ne possèdent pas les enzymes spécifiques indispensables à leur digestion. Même les produits portant la mention «malté» et «prédigéré» sont à éviter, car dès la prime enfance, ils font «exploser» le SLIM-data des prises alimentaires.
Si je vous conseille d’introduire les légumes en purée avant les fruits en compote, c’est à cause de l’appétence naturelle des enfants pour la saveur sucrée. C’est le premier goût que le fœtus perçoit dans le giron maternel. Il continue à l’expérimenter après sa naissance, car le lait maternel est délicatement sucré.

Originally posted 2014-09-03 09:28:25.

femme-mange

Le langage minceur des aliments

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

Le principe de cette méthode est donc simple: je ne considère pas seulement les aliments sous l’angle de leur
contenu calorique, mais avant tout sous celui de leur capacité à générer ou non du surpoids en fonction de leur impact digestif et métabolique. Le plus souvent, ce n’est pas l’aliment lui-même qui vous fait prendre du poids, mais les pro-cessus digestifs et métaboliques qu’il déclenche dans votre organisme.
Tous les aliments ont un « langage » qu’il s’agit de réapprendre afin de pouvoir dialoguer avec eux. Ils ont même
un «langage minceur». La perte de poids devient alors la conséquence de ce dialogue, de cette communication
rétablie entre vous et le contenu de votre assiette.

Cette méthode repose donc sur un constat: il existe une très grande différence entre:
– ce que nous mangeons;
– ce que nous digérons;
– ce que nous métabolisons.

Cela fait intervenir trois index différents:
– l’index calorique (les aliments que nous mangeons);
– l’index enzymatique (la façon dont nous les digérons);
-l’index insulinique (la manière dont réagit le corps pour assimiler, utiliser ou stocker).

La méthode que je vous propose recombine ces trois index en un seul: le SLIM-data . Cet index indique le pouvoir de stockage de chaque aliment. C’est en quelque sorte un index minceur ! Dans le calcul du SLIM-data des aliments, c’est l’index glycémique qui domine. L’index calorique n’est pas totalement absent, car il correspond à une réalité alimentaire, mais il n’est plus prioritaire
Dans un premier temps, vous allez donc découvrir le SLIM-data de chaque aliment. Ensuite, vous apprendrez à associer les aliments et à les cuisiner de manière à contrôler et limiter leur pouvoir de stockage. Aucun aliment n’est véritablement interdit, il suffit de ne pas l’associer n’importe comment et à n’importe quoi. En quelques semaines, vous instaurerez un rééquilibrage métabolique et organique dont l’amincissement sera la conséquence directe.
Une sorte d’effet secondaire bénéfique de votre nouvelle façon de manger!

Originally posted 2014-09-02 14:44:44.

Cure-anti-tabac

Le grand tableau des Slim-data

Posted by | Grand tableau, Méthode SLIM-data | No Comments

Dans ce tableau pratique, vous trouverez la majeure partie des aliments courants, classés par ordre alphabétique
et par classe alimentaire (légumes, céréales, fruits, viandes, poissons, condiments, matières grasses, etc.). ainsi que des plats cuisinés légers, ou traditionnels.

Ces aliments sont répartis en quatre zones de couleur:
– les aliments verts (à consommer en toute liberté à toutes les phases de votre rééducation);
– les aliments orange (à consommer en association);
– les aliments rouges (à consommer avec modération et en association);
– les aliments violets (à éviter car ils sont antiminceur et surtout antisanté).

Vous trouverez un autre tableau, inséré, en couleur. Plus synthétique et schématique, vous pourrez l’accrocher sur votre réfrigérateur ou le glisser dans votre sac, afin d’avoir toujours sous les yeux les informations dont vous avez besoin. En cas de doute, vous pourrez revenir au tableau complet pour vérifier les informations ou retrouver les détails qui vous manquent.

Ce qu’il faut retenir
• Cette méthode repose sur des index minceur (SLIM-data), attribués à chaque aliment, plat, repas ou Unités Alimentaires.
• Plus ie SLIM-data d’un repas est faible, plus ce qui a été absorbé favorise la minceur et l’équilibre durable du corps.
• Les aliments de la zone verte sont ceux qui ont le SLIM-data le plus faible (leur consommation est très libre).
• Les aliments de la zone orange ont un SLIM-data moyen (on doit les associer le plus souvent possible à des aliments de la zone verte).
• Les aliments de la zone rouge ont un SLIM-data plus élevé (on doit les associer systématiquement à des aliments de la zone verte).
• Les aliments de la zone violette sont à éviter car ils sont anti-minceur et antisanté.
• Vous trouverez inséré dans le livre un tableau résumé détachable que vous pourrez emporter partout avec vous.
• L’expérience montre qu’il faut de 1 à 2 semaines pour que cette méthode devienne un vrai réflexe-minceur jusqu’à atteindre votre juste poids; et un réflexe-santé pour toute votre vie.

Originally posted 2014-09-03 13:51:45.

imc-de-25-a-30-2789338oxjyq

Les personnes en simple surpoids

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

Lorsqu’on a moins de 10 kg à perdre, il suffit d’adopter cette méthode en étant sérieux (et curieux!) pendant les trois
premières semaines. C’est suffisant pour que le pancréas recommence à réguler sans grande difficulté la sécrétion et le
flux d’insuline. Le centre de la satiété se rééduque à son tour.
La faim et les pulsions alimentaires se calment. Le corps ne réclame alors que ce dont il a besoin. En même temps que
les kilos s’envolent, on gagne en tonus et en sérénité.
Celles et ceux qui ont accumulé les régimes ont souvent la sensation que leur poids est bloqué. Ils ont de plus en
plus de mal à maigrir malgré leurs efforts. C’est que la plupart des régimes, trop restrictifs ou déséquilibrés, rendent le corps «résistant» à la perte de poids. N’oubliez jamais ceci: vos cellules et vos tissus nerveux ont une véritable mémoire pondérale, pour le meilleur comme pour le pire, pour votre juste poids comme pour la somme des privations et des frustrations qui sont à l’origine du surpoids bloqué et de l’effet yo-yo. C’est pour cela que notre organisme devient parfois économe à l’extrême, utilisant très peu d’énergie pour assurer a minima les fonctions vitales.
À force de subir le stress des privations, l’organisme «se venge»: il bloque les fonctions de déstockage et augmente
celles du stockage.
À l’inverse, la méthode SLIM-data commence par rassurer le corps et le cerveau au Heu de leur faire subir un stress
supplémentaire. Elle permet de faire sauter naturellement tous les «verrous métaboliques» qui bloquent la perte de
poids en s’adressant directement à cette précieuse mémoire-minceur des cellules, via la rééducation du pancréas, du système digestif et du centre de la satiété.

Originally posted 2014-09-03 09:15:21.

e47e30c29cda496fa528c7162dd61479

Les adolescents

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

L’adolescence, c’est l’âge où vos enfants vous échappent. Ils s’opposent aux règles d’éducation que vous leur avez transmises. C’est normal, et même sain sur le plan de leur épanouissement psychologique et émotionnel! Mais
c’est parfois dommage sur le plan de leur épanouissement physique.
Si vous leur avez appris, dès leur plus jeune âge, à maîtriser leur alimentation, le message de leur juste poids sera clairement inscrit dans leurs cellules et leurs écarts nutritlonnels n’auront pas trop d’impact. Du moins, tant qu’ils ne durent pas trop longtemps. Et c’est le plus souvent le cas lorsque les enfants ont appris très tôt à gérer leur équilibre alimentaire. Quand ils arrivent à l’adolescence, leur goût est formé. Ils n’aiment pas les boissons très sucrées et
les gâteaux industriels, ne raffolent pas des bonbons et des barres chocolatées… Du coup, leur – crise de début de vie adulte» s’exprime assez peu dans le domaine alimentaire.
L’adolescence, c’est aussi l’âge des crises d’hypoglycémie liées à la «malbouffe» et au métabolisme digestif et hormonal qui achève de se construire. Au cours de ces crises, de nombreuses structures nerveuses sont en souffrance et, souvent, le flux de sécrétion des hormones cérébrales (sérotonine, dopainine…) se déséquilibre, ce qui augmente les réactions d’opposition, d’agressivité et de violence.
Dans la mesure où les SLIM-data bas permettent d’éviter nombre de ces crises d’hypoglycémie, les adolescents qui
se nourrissent bien traversent cette période délicate dans un tourbillon émotionnel moins violent. Car l’alimentation
a également un rôle important à jouer dans notre équilibre nerveux et l’expression de nos excès émotionnels.
Dans certaines maisons de redressement américaines, on sert aux jeunes pensionnaires des menus à SLIM-data contrôlé afin de réduire la fréquence et l’ampleur de leurs crises d’hypoglycémie, ce qui favorise l’apaisement de leurs tensions et la diminution de leurs explosions de violence.

Ces programmes nutritionnels donnent des résultats comportementaux tout à fait probants. Bien sûr, l’alimentation
ne change pas la personnalité des adolescents et ne soigne pas leurs éventuelles névroses. Mais elle permet d’atténuer l’impact relationnel de leur malaise psychique et émotionnel; et c’est parfois un pas énorme qui facilite une réinsertion réussie.

Originally posted 2014-09-03 09:40:49.