//minceur | Maigrir Avec Moi

minceur

le-palper-rouler-une-technique-de-massage-minceur-7417-600-600-F

Quelques techniques minceur complémentaires

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Vous avez pris la décision de transformer votre alimentation, pour faire du bien à votre corps, apaiser votre men-
tal et votre stress émotionnel, et surtout perdre du poids.
C’est très bien. Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez avoir recours à quelques – coups de pouce – qui
vous soutiendront dans vos efforts si vous les utilisez avec mesure et bon sens.
Soyons clairs: il n’existe pas de miracle en la matière et aucun produit ne peut vous faire perdre durablement
du poids si vous ne commencez pas, d’abord, par transformer votre manière de vous alimenter. C’est le premier
pas essentiel grâce auquel vous cesserez de déséquilibrer votre métabolisme avec des aliments (incontournables
certes) transformés, raffinés et bourrés d’additifs de toutes sortes, associés à l’aveuglette.

En marge de cette rééducation alimentaire essentielle, dans le cadre de ma pratique, je conseille souvent à mes
patients certains produits naturels ou techniques minceur complémentaires:
• des oligoéléments et minéraux qui jouent un rôle tant dans le métabolisme des sucres que dans la régulation de
l’humeur;

• des plantes traditionnelles qui aident à évacuer l’eau infiltrée dans les tissus ou à améliorer le fonctionnement et
le drainage des organes digestifs;

• des gestes de massage qui activent la circulation sanguine et lymphatique, ce qui accélère l’évacuation des toxines;

• je conseille également la pratique régulière et modérée d’une activité physique, ludique et conviviale;

• enfin, dans certains cas bien précis, le recours à la chirurgie esthétique peut s’avérer utile.

Originally posted 2014-09-04 12:01:05.

regime-e1363065095846

Votre minceur: faire baisser le SLIM-data de vos repas

Posted by | Méthode SLIM-data, Principes fundamentaux | No Comments

Voici le vrai secret de cette méthode : le contrôle du SLIM-data global de vos repas suffit à éviter les fausses
faims, donc la «surbouffe» et le «surstockage»!
Son principe de base: au cours d’un même repas, associer les aliments de manière à faire baisser le SLIM-data
global de l’ensemble. Cela suffit pour réguler rapidement le fonctionnement du pancréas, apaiser les «souffrances»
du cerveau et reconnecter le centre de la satiété. Vos prises alimentaires diminuent naturellement sans que vous ayez besoin de vous préoccuper des quantités que vous absor- bez. Peu à peu, vos cellules graisseuses, libérées du stress métabolique, réveillent leur mémoire-minceur et envoient au cerveau un message régulateur et rééquilibrant. Votre cerveau « recale » alors ce qu’il considérait comme votre poids normal et prend enfin en compte votre surpoids comme un excédent dont il convient de se défaire. Libérés dustress insulinique. les adipocytes se défont plus facilement de leur contenu graisseux pour répondre à vos besoins énergétiques réels. Et la minceur s’installe d’elle- même, grâce à cette rééducation de l’équilibre alimentaire qui agit aux niveaux digestif, cérébral et adipeux. Vous diminuez vous-même votre ration calorique sans stress, ni manque, ni frustration. Cette méthode agit à l’Inverse des régimes classiques. En fait, c’est votre corps qui se remet à fonctionner «au bon régime»!
Pendant cetemps.vousmettezfinàresclavagealimentaire qui vous enfermait dans le cercle vicieux de la culpabilité.
Là où les régimes habituels teintent l’humeur de morosité, voire de déprime (subdépression), cette méthode vous
libère de ces pressions psychologiques et émotionnelles.
Vous renouez avec un tonus à la fols physique et psychique. Vous ne subissez plus de – coup de pompe » ni de « coup de blues». Votre attention est maintenant focalisée sur le plaisir d’apprendre la bonne manière d’associer les aliments.
Comme aucun aliment n’est formellement Interdit (hormis pendant les trois premières semaines) et que vous
n’avez pas à surveiller les quantités, vous pouvez renouer avec le plaisir de cuisiner. Vous pouvez jouer avec les
saveurs, les textures, les épices, les aromates… Cuisiner redevient pour vous un acte minceur en même temps qu’un
instrument de santé et d’équilibre.

Ce qu’il faut retenir
• Notre nourriture a davantage changé en 50 ans qu’en 50 siècles
• La plupart des aliments industriels raffinés ont vu leur SLIM-data augmenter, voire exploser.
• Les recettes traditionnelles se perdent au profit de menus anarchiques dont le SLIM-data flambe lui aussi.
• Ces transformations perturbent notre métabolisme, notamment en provoquant des sécrétions d’insuline trop fréquentes et des flux insuliniques inadaptés.
• Cela provoque des minicrises d’hypoglycémie vécues par le cerveau comme une «souffrance».
• Résultat: notre cerveau déclenche son plan d’urgence en réclamant de la nourriture même lorsqu’il n’en a pas besoin, ce qui perturbe son équilibre global (dérèglement du centre de la satiété, fausses faims irrépressibles). Ces fausses faims provoquent une surconsommation calorique incontrôlable, responsable du surpoids.
• Ces déséquilibres neurométaboliques répétés sont responsables de la prise de poids. Le manque de volonté n’y est pour rien.
• La seule solution minceur durable est le rééquilibrage métabolique global: pancréas, centre de la satiété, tissu adipeux…
• Pour rééquilibrer ces mécanismes, Il suffit d’apprendre à mieux connaître les aliments et à les associer de manière à diminuer le SLIM-data global des repas.
• Cela permet de supprimer les crises d’hypoglycémie, de maîtriser les fausses faims, de réguler naturellement l’appétit, de réveiller la mémoire-minceur des cellules graisseuses et de diminuer sans effort les prises alimentaires.
• La perte de poids est rapide, naturelle et durable. Ce n’est plus un but stressant à atteindre, mais une conséquence bienvenue du rééquilibrage métabolique par les SLIM-data.

Originally posted 2014-09-02 16:42:36.

transferir (13)

Les régimes amaigrissants: Promesses et Limites

Posted by | Méthode minceur, Régimes amaigrissants | No Comments

Si vous faites partie des nombreuses personnes en surpoids qui ont déjà tenté plusieurs fois de maigrir en suivant un régime restrictif, dissocié ou déséquilibré, vous vous demandez peut-être pourquoi vos efforts n’ont pas porté leurs fruits, et pourquoi vous avez toujours repris tout ou partie des kilos perdus (voire pris quelques kilos en prime). Voici quelques explications quant aux mécanismes induisant les effets pervers de nombreux régimes qui, hélas, font encore référence.

Originally posted 2014-09-04 13:54:24.

images (14)

Le ventre rond

Posted by | Cellulite et ventre rond, Maigrir avec conscience | No Comments

Bien des difficultés digestives chroniques se manifestent par des ballonnements installés qui viennent déformer la silhouette. À tel point que certaines personnes cherchent à mincir, alors même que leur véritable problème n’est pas
là. La quête du «ventre plat» donne lieu à des centaines d’articles dans les magazines féminins et des livres entiers sont consacrés au sujet. Le marché des compléments alimentaires « spécial ventre plat » est, lui aussi, en pleine
expansion.
Si vous vous sentez parfois ballonné(e) et que cela vous gêne, vous pouvez adjoindre à vos efforts pour mincir quelques gestes d’hygiène quotidienne qui vous aideront à avoir le ventre bien plat. Ces gestes sont d’autant plus utiles que l’inconfort digestif a des retentissements sur la vitalité et sur la prise de poids.
Ces ballonnements sont dus soit à un excès de gaz dans les organes digestifs supérieurs (ballonnements digestifs,
éructations…), soit à un excès de fermentation dans les organes digestifs inférieurs (ballonnements intestinaux, gaz…). Il s’agit de deux problèmes différents, ayant chacun des solutions particulières. À cela s’ajoutent souvent les problèmes de transit, plus fréquents chez les femmes.

Les ballonnements digestifs (supérieurs)

Tous ces ballonnements digestifs sont liés à la façon de manger. Dès que vous le pouvez, essayez de prendre vos
repas dans le calme et la sérénité. Évitez les discussions orageuses ou les images violentes à la télévision pendant
les repas. Et surtout, prenez votre temps.
Le simple fait de mâcher correctement les aliments améliore très rapidement la digestion. Il ne s’agit pas de vous
transformer en ruminant, mais simplement de mâcher les aliments au lieu de les avaler tout ronds, sur le pouce, en
vitesse. Un repas complet, composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert, devrait prendre environ 45 minutes.
Or, le plus souvent, nous expédions l’affaire en 30, voire 20 ou même 10 minutes. Ces repas pris dans la hâte ont des
conséquences directes très fâcheuses sur la digestion (et forcément sur le poids, à moyen terme).
Lorsque l’on mange vite, sans prendre le temps de mâcher, les aliments arrivent en plus gros morceaux dans l’estomac. Celui-ci doit fournir un travail plus important pour brasser le bol alimentaire. Or, en mangeant, nous avalons aussi de l’air. Et ce brassage forcé augmente la présence et la pression de l’air dans l’estomac.
Le stress joue aussi un rôle dans les ballonnements. Pour faire baisser votre niveau de stress, pratiquez ia respira-
tion minceur pendant quelques minutes avant chaque repas pour vous détendre. Et si vous traversez une période particulièrement dense, apprenez à gérer votre stress en vous initiant à l’une des nombreuses techniques
de gestion du stress.
Ensuite, suivez les conseils alimentaires prodigués dans ce livre et essayez, surtout, d’équilibrer les rations de végétaux crus et cuits. Si vous mangez trop de fruits et légumes crus, votre système digestif abritera des processus de fermentation trop intenses qui favoriseront les ballonnements.
Enfin, statistiquement, les personnes qui mangent en regardant la télévision augmentent leur risque d’avoir des ballonnements de 70 %!

Les ballonnements intestinaux (inférieurs)

Pour réduire et soulager les fermentations et ces ballonnements de la partie basse du système digestif, il faudrait,
dans l’idéal, agir à quatre niveaux: l’alimentation, le stress, la qualité de la flore bactérienne et la qualité du transit. Les trois premiers niveaux sont liés, car les déséquilibres alimentaires et l’excès de stress détériorent peu à peu la flore digestive.
Côté alimentation, ces problèmes sont souvent révélés ou aggravés par les régimes hypocaloriques ou végétariens stricts qui incitent à manger beaucoup de crudités et de salades. Manger des crudités en trop grande quantité n’est bon ni pour la santé ni pour le contrôle du poids, et encore moins pour freiner les ballonnements. Les végétaux crus sont trop riches en fibres insolubles, indigestes, qui augmentent les mouvements péristaltiques intestinaux et provoquent un « brassage » de l’air et des gaz contenus dans la partie basse du tube digestif. L’excès de crudités favorise également l’apparition de petites colites chroniques (inflammations de l’intestin), désagréables et parfois douloureuses. Une fois encore, il n’est pas question de supprimer les végétaux crus, bien au contraire, mais de leur donner une place raisonnable dans l’alimentation quotidienne. Voilà encore une bonne raison d’adopter la méthode SLIM-data: comme elle vous permet d’échapper à la tyrannie des calories, elle ne vous incite pas à surconsommer des aliments énergétiquement pauvres comme les crudités. Il vous sera alors plus facile d’équilibrer l’apport en végétaux crus et cuits, en association avec les autres catégories d’aliments (céréales, viande, poisson, laitages…).

Côté stress, tout excès favorise les spasmes intestinaux. Pour limiter le brassage de l’air dans la partie basse du tube
digestif, il faut donc essayer de contrôler votre niveau de stress. Prenez l’habitude de pratiquer la respiration minceur pendant trois minutes avant et après chaque repas. Vous mangerez moins vite et vous conserverez plus
facilement votre calme, même si vous prenez votre repas dans une atmosphère tendue.
Côté flore bactérienne digestive, il faut aussi regarder du côté du système nerveux autonome qui la contrôle. L’excès de stress, en provoquant des impacts répétés au niveau de notre système nerveux, peut déséquilibrer l’état de cette
flore. Or, une perturbation profonde et durable de vos souches bactériennes digestives peut nuire à votre bien-être et à votre santé en affaiblissant votre digestion, votre assimilation et même votre système immunitaire.
En contrôlant votre stress, vous maintiendrez plus facilement votre flore en bon état. Pour l’améliorer encore, vous
pouvez vous supplémenter en «bonnes bactéries» en faisant, à chaque changement de saison, une cure de 10 jours
d’un complément alimentaire adapté, à base de bactéries probiotiques et prébiotiques (bifidus, etc.), que vous trouverez en pharmacie, parapharmacie ou boutique de diététique, en sachets ou en gélules. Je conseille la présentation en sachets, qui préserve mieux les principes actifs.
Mais n’en abusez pas, car là comme ailleurs, tout est question de mesure et de bon sens. Ces bactéries ont une activité «vivante» à l’intérieur du tube digestif, notamment aérobie (utilisant l’oxygène). Leur excès peut donc provoquer de nouveaux ballonnements, ce qui va rencontre de l’effet recherché.

Les problèmes de transit

Si l’on s’en tient au discours scientifique courant, il n’existe aucun lien direct entre le surpoids et la constipation. De même qu’il n’y a pas d’études cliniques montrant de façon claire une relation entre le surpoids, la fatigue, la subdépression et les problèmes de constipation.
Néanmoins, mon expérience m’a amené à constater qu’un transit régulier agit toujours positivement sur les
ballonnements, sur le poids et sur l’humeur! Mes patients m’ont souvent rapporté que le fait d’aller à la selle régulièrement leur rend sourire et bonne humeur, alors que les personnes sujettes à la constipation y associent souvent angoisse et insatisfaction. Je suis donc favorable aux gestes d’hygiène de vie qui permettent de garder un bon transit, sans en faire une obsession.
Les problèmes de transit ont des causes et des solutions légèrement différentes chez les hommes et chez les femmes.
Pour les premiers, la pratique régulière d’une activité physique est souvent souveraine, surtout s’ils y associent
la prise quotidienne d’un petit bol de crudités. La pratique quotidienne de la respiration minceur est aussi très efficace, car, en régulant les spasmes du tube digestif, elle relâche les structures musculaires crispées, «spasmées», qui peuvent bloquer ou ralentir le transit.
Chez la femme, le problème se pose d’une manière particulière. Elles sont nombreuses à présenter une spécificité
anatomique : leur côlon transverse a un plus gros diamètre, il est un peu plus long et moins tonique que celui des hommes. On appelle cette particularité anatomo-physlologique le  méga-dolicho-côlon». Un nom barbare pour expliquer que les matières et les aliments circulent moins vite et moins bien dans cette portion du tube digestif. Ce ralentissement provoque souvent une irrégularité du transit et une constipation au moindre stress. Celle-ci est amplifiée par la grossesse et les modifications des habitudes de vie (voyage, déménagement, changement d’alimentation…).
Pour les femmes, il est bon de pratiquer une activité physique modérée mais régulière (marche, vélo, aquagym…) et de prendre chaque jour un petit bol de crudités. Elles peuvent ajouter à cela une cure qui donne d’excellents résultats.

Ce qu’il faut retenir
• Parfois, les problèmes de silhouette et d’embonpoint ne sont pas directement liés à un excès de poids. C’est le cas de la cellulite et des ballonnements.
• La cellulite est une graisse isolée du métabolisme graisseux général, cloisonnée par des tissus fibrosés et enflammés. Elle n’est pas forcément liée au surpoids.
• Pour s’en débarrasser, il s’agit d’abord de changer ses réflexes alimentaires, puis de rétablir les échanges métaboliques entre la graisse cloisonnée et le métabolisme général (palper-rouler, drainage lymphatique naturel, exercices ludiques de gym, respiration minceur).
• Pour lutter contre les ballonnements, il faut avant tout essayer de manger plus lentement et de bien mâcher. Surveillez également la qualité de votre flore bactérienne intestinale et la régularité de votre transit. Évitez les boissons gazeuses.

Originally posted 2014-09-04 14:50:38.

comment_prendre_du_poids_sainement

Les personnes qui ont du mal à grossir

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

En positif comme en négatif, en plus ou en moins, nul n’est jamais complètement satisfait de son sort. Et les personnes très (ou trop) minces désirent souvent reprendre quelques kilos pour étoffer une silhouette trop osseuse, même si leur métabolisme fait des envieux parmi les personnes sujettes au surpoids!
Les unes comme les autres peuvent résoudre leur problème grâce au même maître mot: l’équilibre nutritionnel.
Le rééquilibrage métabolique et organique qu’induit cette méthode provoque un réveil de la «mémoire minceur»
chez les personnes qui ont du poids à perdre et un réveil de la «mémoire grosseur» chez les personnes trop maigres.
En fait, je parle de mémoire-minceur car ce livre s’adresse d’abord à ceux qui désirent perdre du poids. Mais il aurait
été plus exact de parler de «mémoire du juste poids». Et pour retrouver ce juste poids, il faut parfois prendre quelques kilos. De l’avis même de ceux qui cherchent à grossir, c’est une entreprise encore plus difficile que de perdre des
kilos superflus. En appliquant soigneusement la méthode SLIM-data, en mâchant bien (c’est primordial pour les maigres et fondamental pour les gros) et en adoptant une activité physique régulière mais modérée, il est possible d’atteindre rapidement le résultat escompté.

Originally posted 2014-09-03 09:51:55.

transferir (12)

La chirurgie esthétique

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Difficile de parler de «coup de pouce» lorsqu’on aborde la chirurgie. Il s’agit pour le moins d’une technique plus
«musclée»!
Il existe deux types de réponses chirurgicales aux problèmes de surpoids. La première n’a pas sa place dans ce
livre: pose d’anneau gastrique, diminution partielle du volume de l’estomac, résection du tube digestif… Ces interventions ne sont indiquées que dans les cas de grande et grave obésité, lorsque l’excès de poids est tel qu’il menace le processus vital et l’équilibre psychique. Elles appar- tiennent au monde hospitalier et demandent un suivi très sérieux, à la fois diététique, biologique, endocrinologique et psychologique.
La seconde voie chirurgicale, plus classique et plus connue du grand public, est celle de la chirurgie esthétique. Les deux interventions les plus courantes sont la lipoaspiration et la liposculpture du corps. De nos jours, il n’y a quasiment plus de différence entre ces deux techniques, car le savoir-faire et les législations ont évolué de manière très positive. Tout bon chirurgien qui pratique une lipoaspiration est aujourd’hui compétent pour redistribuer en douceur une partie de la graisse aspirée dans d’autres zones contiguës du corps, afin d’harmoniser l’ensemble du tissu graisseux et de «sculpter» esthétiquement les courbes du corps (en évitant les creux et les bosses très disgracieux des tissus).

Le choix est alors simple : soit on garde ces rondeurs qui risquent de devenir un point de fixation névrotique sur lequel on projette toutes ses insatisfactions ; soit on se soumet à une restriction alimentaire tellement stricte qu’elle risque de déséquilibrer et de carencer l’organisme sans pour autant donner les résultats escomptés ; soit on a recours à une intervention de chirurgie esthétique locale, parfaitement indiquée et qui a toutes les chances de donner de bons résultats.
Dans l’immense majorité des cas, je déconseille les interventions esthétiques (sur les tissus graisseux, s’entend)
lorsque la personne n’a pas réussi à maîtriser son surpoids, car une seconde intervention (dans le meilleur des cas) risque d’être nécessaire en fin de parcours, après la fin de la cure d’amincissement. Il faut donc impérativement maîtriser son poids et rééduquer son métabolisme avant d’attaquer les dernières zones rebelles, s’il en reste, à l’aide d’un acte de chirurgie esthétique.
Lorsque l’indication est clairement et justement posée, il reste à choisir le « bon » chirurgien. Mais pour choisir, il
faut avoir le choix. Je conseille donc de consulter plusieurs médecins. Écoutez le bouche àoreille, sélectionnez les deux ou trois meilleurs et prenez un rendez-vous avec chacun d’eux. Cela vous coûtera le prix d’une ou deux consultations supplémentaires, mais ce ne sera pas une dépense perdue.
Choisissez celui avec lequel vous vous sentez le plus en confiance, dont la voix vous plaît, qui vous fournit une écoute attentive et patiente; qui vous offre également les explications les plus claires, qui vous propose plusieurs solutions… Et aussi celui qui possède la meilleure qualification. Un chirurgien esthétique est d’abord un chirurgien ou un médecin spécialiste qui s’est qualifié ensuite en esthétique. Renseignez-vous sur son droit d’exercer et sur ses diplômes.
Fuyez toute intervention proposée dans l’arrière-chambre d’un cabinet médical, dépourvu des équipements
d’hygiène et de sécurité liés aux risques inhérents à une anesthésie. Les seules interventions qui échappent à ce
conseil sont les « micro-aspirations-sculptures -, effectuées sous anesthésie locale légère. Mais elles doivent tout de
même être pratiquées dans un espace parfaitement adapté aux normes en vigueur en matière d’hygiène et de stérilité.
Enfin, si la perspective de cette intervention éveille en vous des sentiments de peur, d’angoisse, de phobie, n’hésitez pas à vous faire aider par un psychothérapeute compétent. Certains se sont spécialisés dans les troubles de l’image du corps (dysmorphophobie), et la plupart des services de chirurgie esthétique sérieux disposent d’un psychologue ou d’un psychiatre attaché à la consultation, qui peut vous fournir ce précieux soutien.

Ce qu’il faut retenir

• Pour vous aider dans votre cure minceur, vous pouvez bénéficier du soutien de certains oligoéléments et plantes spécifiques à l’efficacité parfaitement établie: magnésium, lithium, chrome, radis noir, fenouil, orthosiphon, fucus…

• N’oubliez pas de pratiquer une activité physique (pas forcément sportive!). Inutile de trop forcer, l’essentiel est de pratiquer souvent et régulièrement une activité ludique adaptée à vos goûts.

• Associez à votre programme minceur des techniques manuelles qui ont fait leurs preuves : massage, drainage lymphatique, palper-rouler…

• Et si, lorsque vous avez atteint votre juste poids, vous apercevez quelques amas localisés (réellement disgracieux) de graisse ou de cellulite ayant résisté à tous vos efforts, vous pouvez avoir recours à la chirurgie esthétique.

• Adressez-vous pour cela à un praticien qualifié opérant dans un cadre agréé. Et n’hésitez jamais à avoir recours aux conseils ou au soutien d’un psychologue spécialisé.

Originally posted 2014-09-04 12:05:16.

images (13)

Les régimes hypocaloriques

Posted by | Méthode minceur, Régimes amaigrissants | No Comments

Ce sont les plus répandus depuis un demi-siècle. Ils sont fondés sur le contrôle permanent et la restriction calorique,
dont nous avons déjà évoqué les méfaits. Certains de ces régimes proposent des menus fixes pour chaque jour de la semaine. C’est le cas du régime de la Mayo Clinic ou du régime Scarsdale. On n’a pas à se demander ce que l’on peut ou non manger, tout est inscrit sur la feuille que l’on vous fournit. Dans un premier temps, la restriction alimentaire provoque une perte de poids. Mais cela ne dure pas. Cette dictature alimentaire devient rapidement insupportable et l’on a envie de manger de tout, sauf ce à quoi on a droit! Passé quelques jours, parfois une semaine pour les plus courageux, la pulsion alimentaire devient trop forte et l’on se livre à des écarts nutritionnels à la hauteur des privations que l’on s’est infligées.
Car, lorsque le corps a perdu du poids, il se croit en déséquilibre avec cette nouvelle minceur et n’a qu’une envie: reprendre ces kilos qu’il considère comme faisant partie de son juste poids. C’est ainsi que tous les régimes hypocaloriques conduisent tout droit au surpoids chronique et à l’obésité progressive, comme le montrent toutes les études épidémiologiques les plus récentes.

 

Originally posted 2014-09-04 13:56:04.

Regime-vegetarien-pour-mincir-702x336

Faut-il manger bio pour bien mincir?

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Il est important de bien distinguer la notion d’alimentation «naturelle» et équilibrée, de celle de nourriture «biologique». D’autant que, pour certains, toutes deux (mais prises séparément) sont liées au «bien manger». C’est une confusion regrettable. Pour bien manger, il faut avant tout essayer de comprendre les bases du fonctionnement de notre métabolisme, afin de bien choisir les aliments que l’on consomme, de bien les associer et de bien les cuisiner. Une nourriture biologique peut ensuite valoriser cette bonne hygiène alimentaire, mais elle ne peut pas la remplacer. Il
vaut mieux manger des produits non bio de grande surface en respectant l’hygiène alimentaire que des produits bio
sans la connaître. Bien entendu, ma préférence va à une hygiène alimentaire servie par des produits biologiques!
Un exemple: le pain. S’il est fabriqué avec des ingrédients bio mais à la levure, le résultat sera bio, certes, mais
totalement indigeste.

Cette remarque est valable aussi pour les jus de fruits. Même bio, ils sont tout aussi riches en sucres, naturels
certes, mais déséquilibrants pour l’organisme si vous en consommez plus de 25 cl à 30 cl par jour. On pourrait en
dire autant du miel : c’est un aliment noble et sain, surtout s’il est bio, mais il apporte lui aussi de grandes quantités de
sucres, très concentrés, ce qui est déséquilibrant pour les personnes ayant déjà un pancréas fragilisé. La consomma-
tion intensive de miel bio (ou de tout autre sucre bio: sucre d’orge, sucre de riz, sirop d’érable…) entraîne rapidement
une irritation pancréatique qui va provoquer des crises d’hypoglycémie, puis, à la longue, un prédiabète. Le «bio»
est un label qualitatif très important, mais ce n’est pas, en soi, une garantie d’hygiène alimentaire. L’idéal est, et
reste, bien sûr. la conjonction de l’hygiène alimentaire et des aliments bio.

 

 

Originally posted 2014-09-04 16:09:53.

Le-drainage-lymphatique-pour-maigrir-702x336

Les techniques manuelles

Posted by | Méthode minceur, Techniques minceur complémentaires | No Comments

Dans le cadre d’un programme d’amincissement efficace, ne négligez pas le pouvoir des techniques manuelles, sur le plan tant physique que psychique.
• Quelle que soit la technique utilisée, un massage global, effectué par un professionnel, dynamise les échanges cellulaires, stimule les organes internes, accélère le transit, et surtout gomme tous les effets négatifs de l’excès de stress. Cela dynamisera votre programme minceur, en même temps que cela apaisera vos nuits.
Pour obtenir des résultats durables, la durée minimale d’une séance doit être de trente minutes, au moins deux fois par mois. Demandez toujours un massage qui intègre une partie abdominale et viscérale, afin de bénéficier des effets stimulants sur la sphère digestive.

• Le drainage lymphatique manuel peut également vous faire beaucoup de bien, à condition d’être réalisé sérieusement, par les mains expertes d’un spécialiste bien formé, et pendant au moins trente minutes. Ce massage stimule la circulation lymphatique, ce qui accélère l’élimination des déchets et des toxines qui encombrent les tissus.

• Enfin, sur les zones rebelles (fibrosées. cellulitiques…), vous pouvez avoir recours à des techniques spécifiques, comme le palper-rouler ou l’opposition manuelle, qui peuvent réoxygéner ces zones asphyxiées (voir p. 190).
À la fin du massage, pour en améliorer encore le résultat, buvez un grand verre d’eau ou de tisane de fenouil, à petites
gorgées (jamais froide ou glacée).

Originally posted 2014-09-04 12:04:44.

620_Les-régimes-dissociés-628x300

Les régimes dissociés

Posted by | Méthode minceur, Régimes amaigrissants | No Comments

Leur principe est simple: il s’agit de ne pas manger ensemble certains aliments. Dans le régime dissocié strict,
vous ne mangez qu’un seul type d’aliment par jour pendant une semaine. Le lundi, vous vous nourrissez exclusivement de poisson, le mardi de légumes, le mercredi de viande, le jeudi de fruits, le vendredi d’oeufs, le samedi de laitages… Cette version repose sur une autorestriction alimentaire induite par la monotonie gustative! De fait, lorsqu’on ne peut manger que du poisson pendant toute une journée, on en mange assez peu car cela devient vite écœurant. L’amaigrissement s’accompagne d’une grande frustration, qui pousse à manger davantage de tout dès que la semaine est terminée.
Il existe une version plus «soft» du régime dissocié: il s’agit alors de ne pas mélanger au cours du même repas
les aliments protéines (viande, poisson, fromage…) et les aliments glucidiques (céréales, fruits, pâtes, pommes de
terre…). Dans ce cas, c’est le métabolisme des glucides et des protéines qui est modifié1, car on ne les assimile pas de
la même manière selon qu’ils sont absorbés séparément ou en même temps.
Mon avis: tous les régimes qui misent sur le – dysmétabolisme – entendent obliger et forcer le corps à compenser des
manques. Tous ces régimes sont voués à l’échec, même s’ils affichent des résultats prometteurs au cours des premiers
jours. Au bout de dix jours de régime, on «craque»; suivent dix jours de boulimie douce, plus ou moins contrôlée; et l’on repart pour dix jours de régime… Ces alternances de carence et de surcharge alimentaire pénalisent la santé des candidats à la minceur. Elles sont souvent à l’origine du surpoids chronique, parfois associé à un état subdépressif.
N’oubliez jamais que votre cerveau et vos cellules possèdent une mémoire, pour le meilleur (mémoire-minceur)
comme pour le pire (privations et frustrations). Attention à ne pas réveiller la «mauvaise» mémoire!

 

Originally posted 2014-09-04 13:55:34.