//méthode slim-data | Maigrir Avec Moi

méthode slim-data

mangerr

Les principes fondamentaux de la méthode Slim-Data

Posted by | Méthode SLIM-data, Principes fundamentaux | No Comments

Tous les régimes amincissants reposent, peu ou prou, sur l’une des deux équations suivantes. La première:
«Moins on mange, plus on maigrit.» C’est la voie de la restriction, chère entre autres à tous les régimes hypocaloriques. La seconde: a Lorsqu’on prive l’organisme de graisses et de sucres, on provoque une utilisation forcée, et donc une fonte, de la graisse en réserve. C’est ce changement du métabolisme digestif, imposé et brutal, qui motive notamment les régimes hyperprotéinés et certains régimes dissociés.
Que l’on prive l’organisme de nourriture ou qu’on l’oblige à modifier radicalement son métabolisme, on le soumet à
des changements qu’il juge trop violents. Dans la mesure où le cerveau a enregistré le surpoids comme étant un
poids d’équilibre, 11 vit les changements imposés par les régimes comme une agression intolérable et incompréhen-
sible au niveau cellulaire. Or, le corps a horreur des bouleversements rapides et imposés ! Faute d’une rééducation
alimentaire progressive (capable de réveiller la mémoire-minceur inscrite dans nos cellules), il n’aura de cesse de
revenir au surpoids qu’il a enregistré comme une norme d’équilibre. L’échec de ces régimes trop brutaux pour le
corps est donc inscrit dans leur principe même.
Les bases de notre relation à l’alimentation se sont construites dans des temps très anciens. Nos ancêtres préhistoriques étaient confrontés régulièrement au danger du manque de nourriture. Leur corps a appris à stocker de l’énergie en vue des privations à venir, grâce à des mécanismes biologiques très sophistiqués de contrôle et de rétrocontrôle. Ce réflexe de stockage est inscrit dans notre cerveau ancestral, reptilien, celui qui gère nos pulsions et nos besoins vitaux. Le cerveau des humains évolués que nous sommes devenus n’a pas tout à fait oublié ces messages archaïques. Lorsque nous malmenons nos corps avec des privations trop rapides et trop intenses, celles-ci sont vécues comme une agression biologique et déclenchent de véritables «réflexes de survie». L’instinct de conservation refait alors surface et nous pousse à reprendre les kilos perdus pour nous protéger du danger (de la peur ancestrale de manquer!) Et aucun acte de volonté ne peut lutter contre cet instinct à long terme.
La seule manière de rééduquer durablement votre mémoire métabolique (acquise) et de réveiller votre mémoire-minceur (génétique), c’est de transformer votre manière de vous alimenter. Mais auparavant, il vous faut
comprendre ce qui a vraiment changé dans l’alimentation depuis une cinquantaine d’années, et comment votre organisme a réagi à ces modifications.

Originally posted 2014-09-02 15:48:39.

images (7)

La méthode

Posted by | Grand tableau, Méthode SLIM-data | No Comments

Dans la méthode SLIM-data. ce qui compte, ce ne sont plus les quantités d’aliments, ni les calories, mais l’équilibre entre les choix et les portions qui constituent votre repas.

Phase 1 (3 semaines)
•  3 Unités Alimentaires zone verte du tableau ou 2 Unités zone verte et 1 zone orange.
• Choisissez obligatoirement 1 de ces 3 Unités Alimentaires parmi celtes suivies d’un p.
• Pas d’aliments de la zone rouge et de la zone violette.

Phase 2 (3 semaines)
•  2 Unités Alimentaires zone orange et 1 zone verte ou 1 menu de la phase 1.
• Choisissez obligatoirement, pour chaque repas, 1 Unité Alimentaire parmi celles suivies d’un p.
• 2 fois par semaine (non consécutives) vous pouvez manger 1 Unité zone verte. 1 Unité zone orange et 1 Unité zone rouge.
• Évitez toujours les aliments de la zone violette.

Phase 3 (stabilisation, jusqu’à votre juste poids).
•  1 menu de la phase 1 ou 1 menu de la phase 2.
•  2 fois par semaine (non consécutives) 1 Unité Alimentaire zone verte et 2 Unités zone rouge.
•  Pour chaque repas, 1 Unité Alimentaire suivie d’un p,
•  Rarement des aliments de la zone violette.

P – Ce signe permet de repérer tes aliments riches en protéines.


ZONE VERTE

Force de stockage faible à consommer librement

Légumes
Artichauts crus
Artichauts cuits
Asperges crues
Asperges cuites
Aubergines cuites
Blettes cuites
Brocolis crus
Brocolis cuits
Carottes crues
Céleri
Champignons (crus ou cuits)
Chou cru
Chou cuit
Chou de Bruxelles
Chou-Heur cuit
Chou-fleur cru
Concombre
Courgette
Cresson
Échalotes crues
Endives crues
Endives cuites
Épinards crus
ÉpinarrJs cuits
Fenouil
Germes de soja crus
Germes de soja cuit
Haricots verts frais
Navet cru
Navet cuit
Poireaux
Poivrons (rouges, jaunes ou verts.
cuits ou crus)
Pousses de bambou
Radis (roses ou noirsl
Salade verte
Salsifis
Tomates

Fruits frais
Airelles
Cerises
Citron

Clémentines
Coing
Kiwis
Lychees
Mandarines
Orange
Pamplemousse
Tangerine

Fruits secs
Amandes
Noisettes
Noix

Céréales
Seigle en grains
Son d’avoine
Son de blé

Légumineuses et féculents
Tofu de soja p
Haricots rouges
Laitages
Fromage blanc nature p
Fromages frais Ichèvre, brebis, vache)
Lait de brebis p
Lait de chèvre p
Lait de vache écrémé p
Petits-suisses p
Yaourt aux fruits p
Yaourt de brebis p
Yaourt nature p
Poissons et crustacés
Caviar p
Coquilles Saint-Jacques
Crabe p
Crevettes p
Écrevisses p
Encornets p
Huîtres p
Langouste p

Viande et oeufs
Autruche p
Lapin p
Œuf à la coque p
Toutes les viandes rouges (agneau.
boeuf, canard, cheval, mouton…)
Viande blanche (veau) p
Volailles (poulet, pintade, cailles,
pigeon…)
Aliments en conserve
Cœurs de palmier
Crabe au naturelp
Crevettes au naturel
Hancols verts
Thon au naturel p

Condiments et aromates
Ait
Blanc d’ceuff
Gélatine
Oignon cru
Oseille
Pickles
Piment
Toutes les herbes aromatiques
fraîches Ibasilic, coriandre,
ciboulette, aneth…)

Boissons
Thé et tisanes sans sucre
Toutes les eaux minérales plates


 

ZONE ORANGE
Force de stockage moyenne
consommer librement, mais généralement associés à des aliments de ta zone verte

Légumes
Avocat
Betteraves cuites
Choucroute lie chou uniquement!
Échalote cuite
Fèves cuites (fraîches ou sèches)
Fèves fraîches crues
Gombos
Panais
Petits pois frais

Fruits frais
Ananas
Banane verte
Brugnon
Cassis
Fraises
Framboises
Fruits de la passi
Goyave
Grenade
Groseilles
Kakis
Kumquats
Manque
Melon
Mirabelles
Mûres
Myrtilles
Nectarine
Nèfles
Papaye
Pastèque
Pêches
Poires
Pomme crue
Prunes
Raisin
Rhubarbe

Fruits secs
Pignons
Pistaches
Raisins secs

Céréales
Boulghour
Céréales de petit déjeuner sans sucre
ni matière grasse Ide type AU Bran)
Couscous (la graine seule)
Farine (de blé. de froment, de sarrazinl
Flocons d epeautre
Orge
Pain au levain semi-complet ou complet
Pain au son
Pain aux céréales
Pain de campagne au levain
Pain de seigle
Pâtes à la farine complète, al dente
Pâtes alimentaires, al dente
Riz complet (riz brun] Seigle
Semoule de blé fine

Légumineuses et féculents
Fève sèches
Flageolets frais ou secs
Haricots blancs
Igname
Lentilles
Pois chiches frais ou secs

Laitages
Fromages à pâte cuite
Fromage blanc aux fruits ou aromatisé p
Lait de vache demi-écrémé p
Poissons et crustacés
Œufs de saumon p
Œufs de truite p
Poisson pané p

Viandes et oeufs
Abats (foie. cœur, tripes, langue, ris de veau, rognons…) p

Conserves
Choucroute garnie (avec peu
de charcuterie) *
Flageolets
Mais
Maquereaux au vin blanc p
Petits pois
Pois chiches
Sardines à la tomate p
Thon à la tomate p

Matières grasses 
Huile d’olive crue
Huile de tournesol crue
Huile de sésame crue
Huile de carthame crue

Condiments et aromates
Bouillon de viande en tablettes
(sans glutamatel
Cornichons et légumes au vinaigre
Moutarde
Oignons cuits
Olives vertes
Préparation pour bouillon de poisson
(sans glutamatel
Sauce de soja naturelle
Vanille en gousse

Desserts
Crêpe nature
Gâteau de riz maison (très légèrement
sucré au sucre complet ou
au fructose!p
Gaufre nature
Glace au yaourt
Milk-shake aux fruits et non sucré
Sorbet

Boissons
Café sans sucre
Eaux minérales aromatisées sans sucre
Eaux minérales gazeuses


 

ZONE ROUGE
Force de stockage assez forte à toujours associer avec des aliments de ta zone verte

Légumes
Carottes cuites
Carottes en purée
Citrouille cuite
Courge cuite
Potiron cuit
Purée de légumes
Soupe de légumes avec pommes de terre

Fruits frais
Abricots
Bananes mûres
Châtaignes
Figues
Pommes cuites

Fruits secs
Abricots secs
Cacahuètes
Dattes
Figues sèches
Pâte d amande
Pruneaux

Céréales et légumineuses
Biscottes complètes
Biscuits apéritifs
Blé précuit
Couscous précuit
Crackers complets
Feuilles de brick cuites au four
Feuilles de brick frites
Feuilles de riz (pour les rouleaux
de printemps crus)
Feuilles de riz frites Inems)
Flocons d’avoine
Galettes de riz soufflé
Gressins
Muesli
Pain azyme
Pain blanc
Pain brioché artisanal
Pain brioché industriel
Pain de campagne à la levure
Pain de mie blanc
Pain de mie complet
Pain polaire
Polenta (à la semoule, à la farine de mais ou à la farine de châtaigne)

Légumineuses et féculents
Millet
Patates douces
Pois cassés
Pommes de terre cuites à Teau
Pommes de terre en purée
Pommes de terre frites maison

Laitages
Fromages fermentes (camembert, bleu, etc.)
Fromages fondus à tartiner
Fromages fondus pour croque-monsieur ou hamburger
Lait de vache entier
Poissons et crustacés

Viandes et oeufs
Bacon p
Jambon cru p
Merguez p
Œufs brouillés p
Œufs frits au plat p
Pâtés et terrines p
Porc
Rillettes p
Saucisse de Francfort artisanale p
Saucisse de Strasbourg artisanale
Saucisse p
Saucisson p

Conserves
Cassoulet p
Harengs à l’huile p
Haricots blancs
Haricots blancs à la tomate
Lentilles
Œufs de poisson (caviar, oeufs de saumon, œufs de lump…) p
Poissons fumés Isaumon, truite…)
Sardines à l’huile p
Tapenade
Thon à l’huile p

Matières grasses
Beurre frais
Crème fraîche
Graisse d’oie ou de canard
Graisse de palme
Huile d’arachide
Huile de maïs
Huile de pépins de raisin
Mayonnaise industrielle
Mayonnaise maison

Condiments et aromates
Chapelure
Ketchup de qualité Isans additifs)
Moutarde aromatisée sucrée
Olives noires
Tablettes de bouillon de viande avec
glutamate
Vinaigre

Desserts
Barres chocolatées
Beignet maison
Brownie
Cake au fruits
Chocolat au lait
Chocolat noir
Confitures
Crème brûlée
Crème chantilly
Crème de marrons
Crème dessert industrielle
Crème dessert maison (légèrement sucrée au sucre complet ou au fructose)
Crêpe au sucre ou à la confiture
Flan industriel p
Flanc maison (légèrement sucré au sucre complet ou au fructose)
Gâteau de riz maison
Gaufre à la chantilly
Gaufre au sucre ou à la confiture
Glace au lait
Loukoum
Madeleine aux œufs
Miel
Milk-shake industriel
Muffin
Nutella
Pain d epice
Pâte chocolatée

Boissons
Alcools de grains secs (whisky, vodka)
Café sucré
Champagne
Chocolat instantané préparé à l’eau
Chocolat instantané préparé au lait
Eaux minérales aromatisées très sucrées
Jus de fruits frais
Jus de fruits industriels
Soda light
Sodas sucrés
Thé et tisanes sucrés
Vin rouge et vin blanc de qualité


ZONE VIOLETTE
Force de stockage forte à  éviter (pas plus de 2 fois par mois)

Fruits secs
Cacahuètes
Amandes fumées et salées
Céréales
Baguette blanche industrielle
Biscottes blanches
Biscuits salés et fumés chimiquement
Céréales sucrées, raffinées
industrielles de petit déjeuner
Corn-flakes sucrés
Crackers blancs
Petits pains suédois
Riz blanc précuit
Riz soufflé
Viennoisenes industrielles

Légumineuses et féculents
Chips
Chips aromatisées
Chips fumées

Viandes et œufs
Charcuterie industrielle p
Saucisse de Francfort industrielle p
Saucisse de Strasbourg industrielle p

Matières grasses
Beurre de cacahuète
Aromates et condiments
Tablettes de bouillons chimiques
Ketchup
Sauce soja (avec conservateurs et additifs)
Sauces industrielles avec conservateurs
et colorants, sucre et glutamate

Desserts
Bonbons industriels chimiques
Gâteaux industriels
Sucre blanc

Boissons
Alcools de fruits
Apéntrfs
Bière
Liqueurs
Sirops de fruits
Sodas et colas
Vins cuits

Plats cuisinés
Petits fours sucrés

Originally posted 2014-09-03 14:29:50.

transferir (4)

Les produits à base de soja

Posted by | Appliquer à la maison, Méthode SLIM-data | No Comments

La vente de ces produits, portée par un phénomène de mode, a explosé en Europe et aux États-Unis depuis une vingtaine d’années. Ils sont considérés comme une alternative aux produits laitiers pour les personnes ayant un excès de cholestérol1, étant allergiques au lait ou simplement en quête de minceur. Pourtant le soja, en tant qu’aliment protéine de remplacement, est un non-sens alimentaire pour les Occidentaux.
Un parallèle peut être fait avec le pain : les Occidentaux ont mis des siècles pour t rouver la recette idéale permettant, grâce à la panification qui transforme le blé, de consommer sans risque cette céréale de référence ; les Orientaux ont mis des siècles pour mettre au point la méthode de consommation idéale de leur légumineuse de référence, le soja. Le soja en lui-même, cuisiné nature, est presque toxique car il renferme des substances que l’organisme ne peut que difficilement métaboliser. Les Orientaux ont donc développé des moyens de transformation, par l’intermédiaire de processus de fermentation et de cuisson, capables de neutraliser ces substances difficilement assimilables. Ils ont ainsi créé le tofu, les pâtes de soja fermenté et les sauces de soja fermenté. Or, ce n’est pas sous cette forme que nous consommons le soja le plus souvent en Occident.
Les produits les plus répandus sont le lait et les yaourts de soja, deux appellations « marketing » tout à fait erronées.
Le «lait de soja» n’a rien à voir avec du lait. On le prépare en faisant tremper des graines de soja dans de l’eau, puis en
faisant cuire le tout et en le mixant pour obtenir un liquide épais et opaque. Boire du lait de soja non fermenté, non
transformé, entraîne chez la majorité des Européens ballonnements, mauvaise digestion, mauvaise haleine, troubles
intestinaux (diarrhées ou constipations)…
Les yaourts de soja sont fabriqués à partir de lait de soja – auquel on ajoute des épaississants et des gélifiants pour en modifier la consistance, ainsi que des fruits pour en masquer le goût fade. Cela relève du même non-sens nutri-
tionnel. Le terme «yaourt au lait de soja» donne l’impression qu’il s’agit, comme pour le yaourt traditionnel, d’un
produit issu d’un processus de fermentation. Ce n’est pas le cas. Même si certaines marques introduisent des bactéries dans leurs préparations, elles ne peuvent fermenter le soja!
D’ailleurs, cette terminologie n’est plus tolérée par la législation. En effet, on parle maintenant de « préparation à base
de soja ». Dans ces circonstances, vous pouvez imaginer ce que on pense des produits à base de soja utilisés comme substituts du lait maternel ou du lait de vache, pour les bébés et les jeunes enfants ayant une vraie intolérance au lait de la mère (ce qui est rare) ou aux laits maternisés couramment commercialisés.
Résistez à la mode du lait de soja ! Au Japon et en Chine, le lait de soja ne sert qu’à préparer le tofu. Le lait animal et
le lait de soja n’ont que leur couleur en commun. Aucune comparaison mit rît m >inielle n’est possible. Cette confusion relève d’un abus de langage et d’une apparence trompeuse.
Certes, le soja est riche en protéines, mais ces protéines ne sont pas assimilables directement par l’organisme car,
comme toutes les protéines végétales, elles sont incomplètes. Il faudrait donc associer le soja à un autre aliment pro-
téine pour obtenir tous les acides aminés nécessaires à la synthèse des protéines. Le soja ne contient pas de graisses
saturées (les yaourts à 0 % non plus !). mais il ne contient presque pas non plus de graisses insaturées essentielles,
ce qui est bien dommage pour l’équilibre nutritionnel des adultes et le développement cérébral des nouveau-nés.
Vous jugez peut-être ma position ferme et restrictive.
C’est vrai. Mais le soja en lui-même n’est pas en cause. Cet aliment a de très grandes qualités nutritionnelles quand on
respecte ses modes de préparation et de consommation originaux, ancestraux. Il a hélas été détourné de sa vraie
nature par l’utilisation incorrecte que nous en faisons.
Seuls les plats à base de tofu sont excellents et nourrissants. Vous pouvez mélanger le tofu à des légumes, du pois-
son, d’autres céréales, des soupes… C’est un ingrédient culinaire agréable, tout à fait compatible avec la santé et la minceur.

Originally posted 2014-09-03 15:56:02.

transferir (3)

Les jus de fruits

Posted by | Appliquer à la maison, Méthode SLIM-data | No Comments

Mes patients abandonnent généralement rapidement les sodas, colas et autres limonades, car ils comprennent
bien que 14 morceaux de sucre (au moins) dans un litre de boisson, c’est trop! Ils proposent alors de consommer les
mêmes boissons gazeuses, mais light, ou décaféinées pour les colas. Bien sûr, c’est un moindre mal pour ce qui est
de l’index calorique. Mais il faut de nombreuses substances chimiques (arômes, édulcorants…) pour imiter le goût initial de ces boissons. Ces manipulations donnent naissance à des produits hybrides qui trompent les sens, les schémas biologiques et l’équilibre du corps. Souvent, les patients proposent alors de remplacer ces ersatz, dont ils
sentent bien le caractère antisanté et antiminceur, par des jus de fruits. Même si c’est un produit naturel, un jus de fruits (fût-il de bonne qualité, et même bio) reste une boisson très riche en sucre, au SLIM-data très élevé. Ainsi, les jus de fruits purs ne sont pas vraiment compatibles avec la phase 1 de rééducation métabolique, si vous en buvez de grandes quantités et surtout en dehors des repas.
Un grand verre de jus de pomme contient le sucre de deux grosses pommes. Si vous en buvez un litre, c’est le
sucre de huit à dix grosses pommes que vous absorbez!
C’est presque la quantité de sucre qu’il vous faut pour tenir une journée. Pour diminuer cet apport glucidique, coupez
votre jus de fruits: 1/3 de jus, 2/3 d’eau. Vous obtiendrez une boisson bien plus désaltérante, qui respecte davantage les index minceur: un verre de jus de pomme pur a un SLIM-data de 85-90; coupé d’eau, celui-ci descend à 55-60.
Essayez : il ne faut pas plus de 3 à 5 jours pour s’habituer aux jus de fruits «adoucis» et en apprécier toute la saveur.

 

Originally posted 2014-09-03 15:00:08.

transferir (5)

Quelques conseils minceur pour cuisiner

Posted by | Appliquer à la maison, Méthode SLIM-data | No Comments

• Oubliez le mot « allégé ». Vous verrez dans les recettes proposées au chapitre 14 que je ne conseille jamais d’utiliser des produits allégés (yaourts, beurres, fromages… ), excepté pendant la phase 1 de la méthode, au cours de laquelle vous pouvez également utiliser des édulcorants (en petite quantité et jamais cuits). Nous ne sommes pas ici dans la logique d’un régime hypocalorique, où les calories doivent être contrôlées. Cette méthode en tient compte, certes, mais de façon minimale. Alors, autant retrouver la vraie saveur des aliments, car le plaisir qu’ils procurent est bénéfique pour le moral et stimule la production decertaines hormones cérébrales (notamment la sérotonine), ce qui contribue à l’équilibre du centre de la satiété. Cependant, si votre médecin traitant vous a donné des conseils nutritionnels dans le cadre du suivi d’une pathologie préexistante (hypercholestérolémie, hypertension artérielle…), tenez compte de ses recommandations.

• Évitez les grandes fritures. Sur le plan nutritionnel, c’est une catastrophe. Les acides gras contenus dans l’huile sont sursaturés et détruits par la chaleur. La plupart des aliments se gorgent de cette matière grasse lorsqu’ils sont frits, ce qui augmente considérablement leur SLIM-data. Prenez l’habitude de cuisiner dans peu de matières grasses, de
bonne qualité et à usage unique. Cela rehaussera d’autant la saveur naturelle des aliments que vous préparez.

• Adoptez la cuisson à la vapeur douce (l’eau sous le panier de cuisson doit juste frémir, pas bouillir à gros bouillons). Essayez aussi la cuisson à l’étouffée (à très petit feu, dans une cocotte à couvert, avec très peu de matières grasses) ou à four tiède (120º C à 160ºC). Ces cuissons
l’avantage de préserver le contenu nutritionnel des aliments, d’exalter les saveurs et de limiter l’usage des matières grasses.

• La cuisson à l’autocuiseur est très pratique car celui-ci cuit plus vite que la cocotte traditionnelle. Mais il cuit aussi à des températures supérieures, ce qui provoque la destruction de certains micronutriments. Cette forte chaleur transforme les hydrates de carbone et les fibres. Cela reste néanmoins un mode de cuisson pratique, ayant fait ses
preuves et qui n’abîme que raisonnablement la nourriture.

• Il faut absolument éviter de cuisiner dans des récipients en aluminium (casseroles, moules, autocuiseurs).
Lors de la cuisson, des millions d’atomes sont arrachés au métal et s’intègrent aux aliments. Ce métal léger a la fâcheuse propriété de traverser la membrane hémato-encéphalique (celle qui protège le cerveau) et de venir s’accumuler dans la substance cérébrale. L’aluminium est de plus en plus incriminé dans de nombreuses maladies dégénératives neurologiques (Alzheimer. sclérose en plaques, scléroses latérales amyotrophiques), problèmes hépatiques dégénératifs, perturbations des réponses immunitaires… Jetez sans hésiter tous vos ustensiles en aluminium, et préparez vos papillotes dans du papier sulfurisé (sans vernissage chimique).

• Reste la cuisson au four à micro-ondes. Elle a conquis le monde entier. Plutôt que de la remettre radicalement en question, je préfère essayer de l’intégrer dans la cuisine santé et d’en adapter l’usage. Plus un mode de cuisson chauffe rapidement les aliments, plus il est obligé d’en agiter violemment les molécules. Et le four à micro-ondes chauffe très vite! C’est justement ce qui a fait son succès.

• Lorsque vous cuisinez des aliments contenant essentiellement des glucides (pâtes, riz, céréales, féculents…),
n’oubliez pas de les cuire le moins longtemps possible, car la cuisson fait grimper leur SLIM-data. Et lorsque vous
préparez une purée de pommes de terre, ajoutez-y 1 jaune d’oeuf ou environ 125 g de fromage blanc à 20 % de matières grasses, dont les protéines freinent la digestion des amidons. Le SLIM-data de la purée diminue ainsi de 30 % ! Associez-leur des aliments de SLIM-data faible : mieux vaut des pâtes à la sauce tomate, aux fruits de mer ou aux petits légumes, que des spaghettis noyés de crème fraîche, de lardons, de beurre et de fromage.

• N’oubliez pas que les légumes très cuits et mixés ont un index bien supérieur à celui des mêmes légumes crus ou à peine cuits et en morceaux.

• Enfin, cuisinez le plus souvent possible de façon traditionnelle, en incluant le temps dans vos recettes. Ce qui n’implique pas forcément une perte… de temps! Il suffit juste d’apprendre à prévoir et d’adopter quelques réflexes d’anticipation. Le temps est une donnée, un ingrédient nécessaire à incorporer dans toutes nos recettes santé : le pain doit fermenter, le vin doit se vinifier, la pâte doit reposer, les plats doivent mijoter… Plus on accélère le temps, plus on s’éloigne du rythme des hommes. Si vous voyagez à pied, à cheval, à vélo, votre organisme ne subira aucun stress.

Originally posted 2014-09-03 16:37:32.

shutterstock_133225253

La méthode Slim-data: Les règles de base

Posted by | Méthode SLIM-data, Règles de base | No Comments

Comme nous venons de le voir, vous pouvez maigrir et stabiliser votre poids sans régime ni privations, en appre-
nant à associer les aliments et à les cuire de manière à faire baisser le SLIM-data global de vos repas. Mais pour y
arriver, il faut d’abord connaître l’index SLIM-data de chaque aliment. À partir de cette information, vous pourrez
organiser vos préparations culinaires, vos recettes et vos menus.
Avant d’entrer dans les détails, je voudrais vous rassurer: les explications qui vont suivre sont destinées à vous
faire comprendre le fonctionnement de cette méthode. N’essayez pas de tout retenir. Il suffit de comprendre. Vous
trouverez dans les chapitres suivants un tableau détaillé des index alimentaires ainsi que des explications plus sché-
matiques, mais aussi plus pratiques, qui vous aideront à appliquer les principes de cette méthode au quotidien.
Le tableau des SLIM-data des aliments est composé de plusieurs zones de couleur:
– une zone verte, dans laquelle vous trouverez des aliments que vous pouvez consommer «sans modération»;
– une zone orange, dans laquel le vous t rou verez des aliments que vous pouvez consommer dès le début du programme, à condition de les associer à des aliments de la zone verte;
– une zone rouge, dans laquelle vous trouverez des aliments à consommer dès la phase 2, à condition de les associer prioritairement à des aliments de la zone verte et plus rarement à ceux de la zone orange ;
– enfin une zone violette, dans laquelle se trouvent les aliments qu’il vaut mieux éviter car ils sont néfastes pour la santé, même en dehors de tout problème de surpoids.

Originally posted 2014-09-03 10:26:29.

images (5)

Les trois phases de votre programme minceur

Posted by | Méthode SLIM-data, Règles de base | No Comments

Pour rééduquer votre organisme, il faut juste que vous observiez un plan en trois phases. Pendant tout ce temps
(et même après), chaque repas courant est composé de trois Unités Alimentaires, dont une contenant une source
de protéines.
La phase 1 dure trois semaines. Pendant cette période, le SLIM-data de vos repas doit se situer entre 40 et 45. Pour cela, vous devez choisir pour chaque repas, petit déjeuner compris:
• 3 Unités Alimentaires dans la zone verte du tableau,
• ou 2 Unités dans la zone verte et 1 dans la zone orange.
• Choisissez obligatoirement 1 de ces 3 Unités Alimentaires (une seule !) parmi celles suivies d’un p. Ce signe permet de repérer rapidement les aliments riches en protéines, qui garantissent la nutrition de vos tissus «nobles» (muscles, organes…)- Il est toujours déséquilibrant de faire des repas constitués uniquement de protéines, de végétaux ou de céréales.
• Abstenez-vous (seulement pour cette phase) de consommer les aliments de la zone rouge. Abstenez-vous systématiquement de consommer les aliments de la zone violette (les plus nocifs).
La phase 2 dure également trois semaines. Pendant cette période, le SLIM-data de vos repas doit se situer entre 45 et 50. Pour cela, vous pouvez choisir:
• 2 Unités Alimentaires dans la zone orange et 1 dans la zone verte.
• ou toujours 1 menu de la phase 1 si cela vous convient.
• Obligatoirement, pour chaque repas. 1 Unité Alimentaire parmi celles suivies d’un.
• 2 fois par semaine (non consécutives) vous pouvez manger 1 Unité de la zone verte. 1 Unité de la zone orange et
1 Unité de la zone rouge.
• Évitez toujours les aliments de la zone violette.
La phase 3 est dite de stabilisation. Elle dure Jusqu’à ce que vous avez atteint votre juste poids. Pendant cette période, le SLIM-data de vos repas doit se situer entre 50 et 55. Pour cela, vous pouvez choisir:
• 1 menu de la phase 1 ou 1 menu de la phase 2.
• 2 fois par semaine (non consécutives) 1 Unité Alimentaire de zone verte et 2 Unités de zone rouge.
• Toujours, pour chaque repas, 1 Unité Alimentaire parmi celles suivies d’unp.
• Abstenez-vous de consommer les aliments de la zone violette, réellement anti-santé.
Lorsque vous aurez atteint et stabilisé votre poids idéal, vous pourrez prendre un peu plus de liberté avec les associations.
• Une seule combinaison restera toujours à éviter (sauf circonstance exceptionnelle, au maximum une fois par semaine): 3 Unités choisies dans la zone rouge.

• Vous devrez également éviter de consommer couramment les aliments de la zone violette car ils sont nocifs pour
l’organisme, même en dehors de toute notion d’amincissement. Contentez-vous de le faire une à deux fois par mois,
afin de satisfaire vos éventuelles envies… irrésistibles!
• Vous constaterez rapidement que ces petites restrictions ne constituent pas une privation. Et ce pour une raison simple: vous n’en aurez tout simplement plus envie!

Originally posted 2014-09-03 10:49:07.

Je-veux-sortir-de-cet-etat-depressif_imagePanoramique500_220

Sortir de la déprime

Posted by | Bienfaits, Maigrir avec conscience | No Comments

Les chercheurs en neurosciences connaissent bien les relations étroites qui existent entre l’hypoglycémie et
l’état mental (notamment les capacités intellectuelles). Des expériences menées en milieu psychiatrique ont montré
qu’une très faible injection d’insuline (qui fait donc baisser immédiatement le taux de sucre dans le sang, en créant
une crise d’hypoglycémie) suffit souvent à provoquer une aggravation importante des symptômes chez les malades
mentaux atteints de psychoses ou de névroses chroniques graves.
Chez les personnes ne souffrant d’aucun trouble sérieux, comme la plupart d’entre nous, les effets délétères des crises d’hypoglycémie sont évidemment moins spectaculaires à court terme. Cependant, sans vous en rendre compte,
à chaque sécrétion anarchique d’insuline, à chaque baisse intempestive du taux de sucre dans le sang, à chaque coup
de fatigue, à chaque situation d’urgence dans laquelle vous plongez vos neurones (faussement affamés !), vous pertur-
bez votre tonus psychique. C’est pour cette raison, entre autres, que beaucoup de personnes en surpoids sont souvent en état de surstress, de déprime (subdépression).

Les problèmes d’image de soi induits par les kilos superflus viennent renforcer encore cette déprime latente. Et lorsqu’on se met au régime, le stress des privations vient s’ajouter à tout cela. C’est beaucoup! Souvent beaucoup trop!
La méthode SLIM-data aide à briser rapidement ce cercle infernal de souffrances physiques et morales inutiles.
D’abord, la culpabilité que l’on ressent lorsqu’on «craque» s’efface rapidement, puisqu’on ne ressent plus le besoin
irrépressible de manger (grâce au rééquilibrage métabolique et au réveil du centre de la satiété). Votre volonté
n’étant plus mise en cause, c’est une seconde «valise de stress» inutile et lourde que vous déposez sur le bord du
chemin vers la minceur. Vous voilà déjà bien allégé(e)!
Du coup, chaque pas effectué sur le chemin de l’amincissement porte ses fruits et renforce un peu plus l’image
de soi, sans que la culpabilité et la volonté viennent brouiller les pistes.
Enfin, la rééducation métabolique induite par cette méthode permet de réguler la distribution du glucose au niveau du cerveau, équilibrant ainsi le flux de certains neuro-transmetteurs. En effet, les erreurs nutritionnelles répétées,
associées à la mauvaise qualité de certains aliments, peuvent perturber la production de ces neurohormones (séro-
tonine, dopamine…). Or, ces substances biochimiques sont responsables, en grande partie, de notre bonne humeur. En retrouvant une alimentation plus saine et plus équilibrée, en harmonisant le métabolisme global, vous améliorerez la sécrétion de ces précieux neurotransmetteurs qui favorisent bon moral et joie de vivre. Un atout de plus dans la lutte naturelle contre la déprime et la subdépression liées au surstress de notre monde actuel.

Originally posted 2014-09-04 11:35:58.

transferir (10)

Les bonnes raisons de maigrir

Posted by | Bienfaits, Maigrir avec conscience | No Comments

• Avant toute chose, en rééquilibrant votre alimentation pour retrouver votre juste poids, vous vous protégez contre le risque de prédiabète, puis de diabète. On compte en France plus de deux millions de personnes atteintes
d’un déséquilibre métabolique en ce qui concerne la sécrétion d’insuline et la gestion du sucre sanguin! Ce chiffre ne
prend pas en compte les diabétiques insulinodépendants; leurs troubles pancréatiques importants les obligent à s’in-
jecter de l’insuline plusieurs fois par jour. Pour ces derniers, une amélioration de l’hygiène de vie ne suffit pas à régler le problème. Mais pour ceux qui souffrent de ce que les scientifiques appellent un diabète de type II, la perte des kilos superflus, la surveillance du SLIM-data des repas et la pratique raisonnable d’une activité physique sont d’une aide primordiale. Ces gestes simples constituent, pour tous, une excellente prévention contre les risques de diabète liés à l’alimentation.

• Ensuite, en atteignant votre juste poids vous ferez beaucoup de bien à votre cœur et à vos artères. Toutes les
études sont d’accord sur ce point: les personnes sujettes au surpoids (et plus encore à l’obésité) courent davantage de risque, tant au niveau des troubles cardiaques que des accidents cardiovasculaires ou des accidents vasculaires cérébraux. Il s’avère même que la graisse «invisible» accumulée sur le ventre et autour des organes (foie, cœur,…) est la plus dangereuse sur ce plan, car elle interfère directement avec le métabolisme global. En rééquilibrant durablement votre alimentation dans le but de perdre vos kilos superflus, vous contribuerez à conserver un taux
de cholestérol sanguin raisonnable, protégeant ainsi vos contre les risques de surcharge et d’obstruction.

• Retrouver votre juste poids est une façon de diminuer le risque de cancer du sein pour les femmes. Les tissus graisseux contribuent en effet à la fabrication des hormones, notamment les œstrogènes ; ce que peu de gens
savent. Or, ces hormones féminines ont une incidence sur le risque de cancer du sein. Les femmes en surpoids ont
donc un risque accru de développer une tumeur au sein.

• Les problèmes de dos courants ou les douleurs des hanches et des genoux non pathologiques disparaissent souvent en même temps que les kilos superflus. Car l’excès de poids, même modéré, exerce une pression mécanique
permanente sur toutes nos articulations.

• Enfin, et ce n’est pas la moindre des raisons, en atteignant votre juste poids, vous allez retrouver un moral tout
neuf et entamer de nouvelles relations avec vous-même. Des relations plus sereines, plus joyeuses, plus intimes… Plus vraies! Un amaigrissement bien conçu et bien mené est un extraordinaire outil de réconciliation avec soi-même.
Les kilos perdus redessinent la silhouette… et le moral; ils aident à s’aimer et à s’estimer davantage. C’est aussi
une excellente manière de se réconcilier avec le regard des autres, qui pèse parfois si lourd lorsqu’on se sent trop gros.
En outre, l’amincissement obtenu par un « rééquilibrage biologique alimentaire » évite les coups de barre et les coups de blues liés à l’hypoglycémie, ménage les organes «précieux» de la digestion (foie, pancréas…) et ne met pas en souffrance le cerveau et la production des neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine…). Ce qui confère à cette méthode un effet secondaire non négligeable: les patients constatent toujours une amélioration durable de leur moral!

Originally posted 2014-09-04 11:34:39.

278621_l-art-de-presenter-ses-aperitifs

Au cours d’une réception (buffet) ou d’un apéritif

Posted by | Appliquer à l'extérieur, Méthode SLIM-data | No Comments

Dans tous les cas, mangez avant de commencer à boire de l’alcool, car l’alcool possède un SLIM-data très élevé.
Évitez les snacks appartenant à la zone violette du tableau.
Si vous ne buvez pas d’alcool, vous pouvez manger quelques canapés sucrés (trois ou quatre). Si vous buvez de l’alcool, abstenez-vous de tout dessert. Si vous buvez du Champagne, choisissez-le de bonne qualité (car le Champagne médiocre «dérègle» rapidement le métabolisme), une à deux coupes, que vous répartirez sur l’ensemble de la soirée.

Zone verte
– Pistaches en coques
– Noisettes
– Panier de crudités avec une sauce légère
-• Lau plate ou eau gazeuse

Zone orange
– Panier de crudités avec une sauce lourde (mayonnaise)
– Amandes
– Noix
– Jus de fruits coupés d’eau
– Canapés salés

Zone rouge
– Canapés au fromage’
– Canapés sucrés
– Charcuterie’ (saucisson, pâté…)
– Noix de cajou salées
– Alcools

Zone violette
– Chips
– Amandes fumées
– Sodas et colas
– Cacahuètes salées

Ce qu’il faut retenir
• Vous pouvez suivre les conseils de cette méthode en toutes circonstances: chez des amis, au restaurant…
• Dans tous les cas. si vous consommez un plat à fort pouvoir de stockage, associez-le à un plat à faible pouvoir de stockage (assiette de crudités, salade verte, yaourt…).
• Évitez le plus possible de boire de l’alcool, excepté un verre de bon vin au cours du repas.
• Et surtout, si vous vous laissez aller ou si vous n’avez pas la possibilité de choisir vraiment ce qui correspond à la phase de rééducation métabolique dans laquelle vous vous trouvez, faites suivre ce repas trop lourd par un repas hyper rééquilibrant: soupe de légumes sans pommes de terre; poisson et légumes verts vapeur; yaourt nature ou aux fruits.

Originally posted 2014-09-04 10:59:32.