//Méthode SLIM-data | Maigrir Avec Moi Spamcheckr.com
This domain has recently been listed in the marketplace. Please click here to inquire.

spamcheckr.com

Méthode SLIM-data

regime-e1363065095846

Votre minceur: faire baisser le SLIM-data de vos repas

Posted by | Méthode SLIM-data, Principes fundamentaux | No Comments

Voici le vrai secret de cette méthode : le contrôle du SLIM-data global de vos repas suffit à éviter les fausses
faims, donc la «surbouffe» et le «surstockage»!
Son principe de base: au cours d’un même repas, associer les aliments de manière à faire baisser le SLIM-data
global de l’ensemble. Cela suffit pour réguler rapidement le fonctionnement du pancréas, apaiser les «souffrances»
du cerveau et reconnecter le centre de la satiété. Vos prises alimentaires diminuent naturellement sans que vous ayez besoin de vous préoccuper des quantités que vous absor- bez. Peu à peu, vos cellules graisseuses, libérées du stress métabolique, réveillent leur mémoire-minceur et envoient au cerveau un message régulateur et rééquilibrant. Votre cerveau « recale » alors ce qu’il considérait comme votre poids normal et prend enfin en compte votre surpoids comme un excédent dont il convient de se défaire. Libérés dustress insulinique. les adipocytes se défont plus facilement de leur contenu graisseux pour répondre à vos besoins énergétiques réels. Et la minceur s’installe d’elle- même, grâce à cette rééducation de l’équilibre alimentaire qui agit aux niveaux digestif, cérébral et adipeux. Vous diminuez vous-même votre ration calorique sans stress, ni manque, ni frustration. Cette méthode agit à l’Inverse des régimes classiques. En fait, c’est votre corps qui se remet à fonctionner «au bon régime»!
Pendant cetemps.vousmettezfinàresclavagealimentaire qui vous enfermait dans le cercle vicieux de la culpabilité.
Là où les régimes habituels teintent l’humeur de morosité, voire de déprime (subdépression), cette méthode vous
libère de ces pressions psychologiques et émotionnelles.
Vous renouez avec un tonus à la fols physique et psychique. Vous ne subissez plus de – coup de pompe » ni de « coup de blues». Votre attention est maintenant focalisée sur le plaisir d’apprendre la bonne manière d’associer les aliments.
Comme aucun aliment n’est formellement Interdit (hormis pendant les trois premières semaines) et que vous
n’avez pas à surveiller les quantités, vous pouvez renouer avec le plaisir de cuisiner. Vous pouvez jouer avec les
saveurs, les textures, les épices, les aromates… Cuisiner redevient pour vous un acte minceur en même temps qu’un
instrument de santé et d’équilibre.

Ce qu’il faut retenir
• Notre nourriture a davantage changé en 50 ans qu’en 50 siècles
• La plupart des aliments industriels raffinés ont vu leur SLIM-data augmenter, voire exploser.
• Les recettes traditionnelles se perdent au profit de menus anarchiques dont le SLIM-data flambe lui aussi.
• Ces transformations perturbent notre métabolisme, notamment en provoquant des sécrétions d’insuline trop fréquentes et des flux insuliniques inadaptés.
• Cela provoque des minicrises d’hypoglycémie vécues par le cerveau comme une «souffrance».
• Résultat: notre cerveau déclenche son plan d’urgence en réclamant de la nourriture même lorsqu’il n’en a pas besoin, ce qui perturbe son équilibre global (dérèglement du centre de la satiété, fausses faims irrépressibles). Ces fausses faims provoquent une surconsommation calorique incontrôlable, responsable du surpoids.
• Ces déséquilibres neurométaboliques répétés sont responsables de la prise de poids. Le manque de volonté n’y est pour rien.
• La seule solution minceur durable est le rééquilibrage métabolique global: pancréas, centre de la satiété, tissu adipeux…
• Pour rééquilibrer ces mécanismes, Il suffit d’apprendre à mieux connaître les aliments et à les associer de manière à diminuer le SLIM-data global des repas.
• Cela permet de supprimer les crises d’hypoglycémie, de maîtriser les fausses faims, de réguler naturellement l’appétit, de réveiller la mémoire-minceur des cellules graisseuses et de diminuer sans effort les prises alimentaires.
• La perte de poids est rapide, naturelle et durable. Ce n’est plus un but stressant à atteindre, mais une conséquence bienvenue du rééquilibrage métabolique par les SLIM-data.

Originally posted 2014-09-02 16:42:36.

08121d72873611e2b4cc22000a1fbe13_7

Thé, café et tisanes

Posted by | Appliquer à la maison, Méthode SLIM-data | No Comments

Le café est un tonique et un digestif intéressant dont je ne nie pas les qualités. Cependant, ceux qui veulent retrouver au plus vite leur juste poids doivent le consommer avec modération, car la caféine qu’il contient agit sur trois organes clés: le cerveau, le foie et le pancréas. Au niveau cérébral, il améliore la concentration et le tonus psychique.
Mais ces performances augmentent en même temps que… la sensibilité au stress et aux angoisses du quotidien! À la
longue, cet excès de stress peut perturber la flore et les enzymes digestives, ce qui ralentit la digestion et, donc, favorise le stockage.
Le café agit également sur le duo foie/pancréas: il provoque un relargage ponctuel du glucose provisoirement
stocké dans le foie (le glycogène), ce qui entraîne une réaction insulinique du pancréas «à vide». C’est du plus mavais effet lorsque vous avez l’intention de recommencer à dialoguer en douceur avec ces deux organes pour contrôler
votre poids!
Si vous ne pouvez vraiment pas vous passer de café, essayez, pendant les phases 1 et 2 de cette méthode, de
réduire votre consommation à 2 tasses par jour, avec au maximum 1/2 sucre (mais pasd edulcorant) : Tune à la fin du petit déjeuner, l’autre à la fin du repas de midi. N’en prenez jamais entre les repas, ni le soir. J’ai constaté à de multiplet reprises qu’il est très difficile de faire maigrir durablement les gros consommateurs de café (5 à 10 tasses par jour), car on ne parvient pas à stabiliser leur flux insulinique.
Le thé, quant à lui, est riche en théine. Ce qui produit les mêmes effets que la caféine. Certes, elle est présente en
quantité moindre, mais les amateurs de thé en consomment souvent de grandes quantités. Alors essayez de boire du
thé léger (mais pas sans goût !). Voici un «truc» efficace: faites infuser d’abord le sachet de thé dans une tasse d’eau
bouillante pendant une minute, puis jetez ce premier thé et préparez une seconde tasse avec ce même sachet en lais-
sant infuser trois minutes.
Les thés verts ont bien sûr ma préférence, car ils sont très riches en micronutriments (notamment des antioxydants) et pauvres en théine. Mais attention aux excès: si vous en buvez trop, vous risquez des problèmes de digestion, des irritations intestinales et une mauvaise assimilation de certains nutriments (fer, cuivre, magnésium…).
Enfin, les tisanes. Elles ont toujours eu la faveur du monde médical comme celle de nos grands-mères. Anis, verveine, fenouil, menthe, cumin, tilleul, camomille, mélisse… Que de noms qui fleurent bon le naturel, le bien-être et la santé! Mais là comme ailleurs, pour profiter de leurs bienfaits il faut suivre quelques règles: versez l’eau bouillante sur les plantes, puis laissez infuser trois minutes et refroidir sept minutes avant de
consommer, sans sucre ou très légèrement sucré (1 morceau de sucre brun ou une cuillerée à café de miel). Attention: les tisanes trop chaudes favorisent les gastrites.
Ces tisanes peuvent remplacer les 6 à 8 verres d’eau quotidiens nécessaires. Elles peuvent accompagner vos repas,
à condition de ne pas en prendre plus d’une tasse. Il serait dommage de rendre une tisane «indigeste», simplement
parce qu’une trop grande quantité de liquide a noyé vos sucs digestifs!
Cette plante alcalinise. purifie et rééquilibre la flore digestive. En outre, elle chasse la mauvaise haleine. C’est la reine
des tisanes pour l’accompagnement minceur. Viennent ensuite l’anis vert ou étoile, la mélisse, la mauve, le cumin…
Le mélange anis étoile + mélisse + mauve est souverain pour les personnes qui souffrent de colites. La mélisse améliore également la digestion et régule le sommeil… N’hésitez pas à puiser dans le réservoir de nos plantes traditionnelles, vous y trouverez des trésors!

Originally posted 2014-09-03 16:36:15.

transferir (6)

Quelques conseils minceur pour faire vos courses

Posted by | Appliquer à la maison, Méthode SLIM-data | No Comments

• Si vous le pouvez, faites vos courses après avoir pris votre petit déjeuner ou votre déjeuner. Évitez de vous promener au marché ou dans les rayons du supermarché lorsque vous avez l’estomac vide. Vous limiterez ainsi les tentations inutiles. Cela vous aidera à mieux organiser vos courses et à éviter les achats superflus ou compulsifs. Ce sera autant de gagné pour votre minceur, votre santé et… votre porte-monnaie!
• Dans la mesure de vos moyens, misez sur la qualité des produits (vin, pain, fromages, légumes, volailles…).
C’est un «plus», car Ils sont bien mieux assimilés et digérés.
• Essayez de limiter au maximum les produits industrialisés. Mieux vaut acheter du bon pain chez le boulanger que des biscottes ou des crackers. Si vous n’avez pas le temps de faire vos courses plus d’une fois par semaine, achetez des produits frais pour les trois premiers jours (viande, légumes, poisson, fruits…) et prévoyez de quoi cuisiner facilement pour le reste de la semaine: légumes non assaisonnés, purées, potages, poissons, pâtes complètes, œufs, laitages, conserves de poisson (saumon, thon, sardines…).
• Les produits surgelés sont une bonne solution, a condition de préférer les aliments à cuisiner aux plats tout préparés. Vous trouverez dans les rayons surgelé des supermarchés des légumes épluchés, nettoyés, découpés, réduits en purée, prêts à être cuisinés. C’est un gain de temps considérable, et ces légumes ne contiennent pas
d’additifs. Les poissons surgelés se cuisinent le plus souvent sans décongélation préalable, ce qui fait aussi gagner du temps, d’autant qu’ils sont nettoyés, écaillés, épluchés et découpés en filets. La viande, en revanche, doit parfois être décongelée; il faut donc penser à la sortir du congélateur la veille au soir pour le déjeuner ou le matin pour le dîner.
• Petit à petit, essayez de prendre l’habitude d’éliminer de vos achats tous les aliments de la zone violette: alcools forts, confiseries, pain blanc, cacahuètes, biscuits apéritifs… (voir p. 92). Ils sont vraiment nocifs pour votre
santé, même en dehors de toute considération pondérale.
Et le meilleur moyen de ne pas être tenté d’en déguster, c’est de s’abstenir d’en acheter!
• Faites en sorte d’avoir toujours dans votre réfrigérateur et dans vos placards quelques aliments santé rapides
à préparer, afin de ne pas céder à la tentation de la pizza conditionnée sous vide le jour où vous êtes pressé ou fatigué. Par exemple:
– du bon pain au levain;
– des tomates cerises;
– un concombre et des carottes à découper en bâtonnets;
– un pied de céleri ou des bulbes de fenouil;
– des yaourts nature et aux fruits;
– du fromage blanc nature;
– du jambon blanc, découenné et dégraissé;
-du poulet rôti froid;
– des herbes : basilic, menthe, coriandre, persil… (fraîches ou surgelées);
– quelques tranches de saumon ou de truite fumée;
– des crevettes cuites;
– quelques œufs frais;
– du fromage de chèvre ou de brebis frais;
– quelques citrons;
– de la sauce de soja;

Cet approvisionnement de base a deux utilités. D’abord, ces produits vous permettront de faire face aux petites fringales tout en évitant les cacahuètes ou les chips: quelques bâtonnets de carotte crue trempés dans du fromage blanc assaisonné aux herbes ; quelques crevettes arrosées d’un jus de citron; un peu de fromage de chèvre frais étalé sur une feuille d’endive ou une branche de céleri… le tout accompagné d’une tranche de bon pain. Ensuite, ces ingrédients simples sont suffisants pour préparer des assaisonnements légers et très savoureux qui accompagneront vos salades, vos plats de pâtes, de riz, de légumes, de viande ou de poisson…
• Lorsque vous revenez des courses, prenez quelques minutes pour préparer ce qui peut l’être sans risquer de s’abîmer trop rapidement:
-épluchez deux ou trois carottes et découpez-les en bâtonnets;
– faites cuire les crevettes, bulots, etc., de sorte qu’ils soient prêts lorsque vous en aurez envie ou besoin;
– préparez une ou deux sauces froides, assaisonnées et épicées;
-si vous avez du poulet froid, découpez-le et ôtez-lui la peau, afin qu’il soit immédiatement consommable lorsque vous en aurez besoin.

Originally posted 2014-09-03 16:37:09.

laitages

Les laitages et les fromages

Posted by | Appliquer à la maison, Méthode SLIM-data | No Comments

Dans leur immense majorité, les laitages ont un SLIM-data très faible. Cependant, quelques remarques s’imposent elles sont davantage le fruit de mes observations que de données scientifiques. Rappelons d’abord que le lait pur n’est pas une boisson adaptée à l’adulte ni à l’adolescent: 75 % à 80 % des Européens (exception faite des pays nordiques) perdent dès l’âge de 7 à 9 ans une enzyme, la lactase. essentielle à la digestion du sucre du lait, le lactose. C’est pourquoi le lait pur entraîne souvent des problèmes digestifs (ballonnements, lourdeur, gaz, diarrhées…). De plus, des études ont montré qu’il reste toujours dans le lait des i fragments hormonaux  inutilisables par l’homme, potentiellement source d’allergies croisées chez les grands consommateurs. Si vous aimez le lait, que vous le digérez bien et que vous n’avez pas de terrain allergique, vous pouvez en consommer à condition de le choisir demi-écrémé (ou sans lactose) et de n’en prendre que de petites quantités.
Dans les yaourts et les fromages blancs, le problème du lactose disparaît, car cette substance est prédigérée par la
fermentation. Ne tombez pas dans le piège du light. Il serait dommage de vous priver de la saveur incomparable des yaourts entiers pour éviter quelques grammes de matières grasses. Cependant, pendant les phases 1 et 2 de la méthode SLIM-data. préférez les yaourts de brebis, plus faciles à digérer et à métaboliser.
Les fromages soulèvent mon enthousiasme. Au pays de l’alchimie culinaire, nous disposons d’une grande variété
de fromages uniques, aux goûts magiques. Le fromage est un aliment très complet: associé à une tranche de pain au levain et à un verre de bon vin rouge, il constitue un vrai repas équilibré. Mais attention: pendant les deux premières phases de cette méthode, préférez les fromages frais, les fromages de brebis et les tommes. Les fromages très affinés et fermentes sont réservés à la phase de stabilisation.
Enfin, le beurre et la crème fraîche ne sont pas des aliments antirégime, à condition de ne pas en abuser et de les utiliser «en conscience». Là encore, évitez les produits light et choisissez-les de qualité.

Originally posted 2014-09-03 16:12:52.

quick-le-burger-au-foie-gras-revient-pour

Dans un fast-food

Posted by | Appliquer à l'extérieur, Méthode SLIM-data | No Comments

La plupart des plats que vous pouvez trouver dans un fast-food sont en zone rouge ou orange. Seules les salades
appartiennent à la zone verte. Veillez à ne pas prendre plusieurs plats rouges et Intégrez une salade afin de faire baisser le SLIM-data global de votre repas.

Zone verte
– Salade composée

Zone orange
– Hamburger
– Burger au poulet/ (en éliminant une partie de la sauce)
– Burger au filet de poisson1″ (en éliminant une partie de la sauce)
– Ketchup (dose)
– Pommes de terre avec la peau

Zone rouge
– Beignets de poulet
– Cheeseburgerr
– Frites
– Dessert
– Sodas

Originally posted 2014-09-04 11:08:55.

filename-p1040393-jpg

Au restaurant indien

Posted by | Appliquer à l'extérieur, Méthode SLIM-data | No Comments

Pendant la phase 1, organisez votre repas autour d’une viande tandoori, car ce mode de cuisson appartient à la zone verte. Il existe de nombreux plats en zone orange, ce qui permet par la suite de varier vos choix.

Zone verte
– Pouletp tandoori (grillé au four)
– Agneaup aux épinards
– Curry de poissonp
– Yaourt et boisson au yaourt

Zone orange
– Chapati
– Rizépicé
– Curry de légumes
– Curry de viande ou de poisson
– Riz biriani (sauté à la viandep, aux crevettesp ou aux œufs)
– Lentilles en sauce (dal)
– Samosas (chaussons frits farcis)
– Agneaup vindaloo (en sauce piquante)
– Gâteau de carotte

Zone rouge
– Nan nature
– Nan au fromagep
– Beignets de légumes (oignons, aubergines…)
– Chutney de fruits (pomme, mangue…)

Originally posted 2014-09-04 11:04:14.

transferir (8)

Au restaurant grec

Posted by | Appliquer à l'extérieur, Méthode SLIM-data | No Comments

La cuisine grecque peut s’adapter facilement à toutes les phases de votre rééducation métabolique, car certains plats courants appartiennent à la zone verte. Évitez simplement les desserts (très gras et sucrés) pendant la phase 1.

Zone verte
– Salade grecque à la fetap
– Tzatziki (concombre au fromage blanc)
– Poisson grillép
– Tourte aux épinards

Zone oronge
– Feuille de vigne
– Moussaka
– Souvlaki (petites brochettes d’agneaup épicées)
– Boulettesp en sauce
– Brochette de viandep

Zone rouge
– Galoktoboureko (pâtisserie grecque)
– Fritures

Originally posted 2014-09-04 11:01:12.

images (1)

D’innombrables additifs

Posted by | Méthode SLIM-data, Principes fundamentaux | No Comments

Les additifs sont également au cœur de toutes ces transformations. On les retrouve dans tous les aliments, même s’ils sont peu transformés. On en compte plus de vingt classes, soit des centaines de molécules différentes, répertoriées selon l’effet qu’elles produisent sur les aliments.
Il y a d’abord les colorants, couramment utilisés pour renforcer la couleur des produits commercialisés: pour que la mayonnaise industrielle ne soit pas blanche, mais jaune pâle comme une vraie mayo maison ; pour que les
saucisses aient une belle teinte rosée; pour que les cerises confites que l’on trouve dans les cakes soient rouges et
non jaune pâle ; pour que les yaourts simplement aromatisés soient colorés comme la pulpe des fruits dont ils ont la
saveur…
Les conservateurs sont également largement employés.
Leur fonction: prolonger la durée de conservation des aliments en limitant l’action des micro-organismes (bactéries,
moisissures…) responsables du pourrissement. Les antioxygène jouent le même rôle, en s’opposant à l’oxydation
due au contact avec l’air et la lumière.
Les édulcorants, dont nous avons déjà parlé, sont présents dans nombred’aliments de saveur sucrée, ainsi que les arômes artificiels. Ces derniers sont des molécules chimiques qui copient les molécules naturelles responsables de la saveur, en activant nos récepteurs gustatifs. Ainsi les bonbons aromatisés à la fraise ne contiennent-ils pas une once de fruit, mais uniquement quelques moléculesde synthèse. Dans la même catégorie, les exhausteurs de goût renforcent l’odeur des aliments et modifient leur saveur en privilégiant une composante gustative au détriment
des autres. C’est le cas du sel, que nous utilisons en cuisine, mais aussi de substances chimiques comme le glutamate
de sodium, une substance très allergisante et responsable de multiples intolérances alimentaires, que l’on retrouve
pourtant dans de très nombreux aliments industrialisés. Enfin, une grande palette d’additifs modifie la texture des aliments: les émulsifiants stabilisent les mélanges d’ingrédients; les gélatines animales ou les gélifiants à base
d’algues donnent plus de consistance aux produits; les humectants freinent le dessèchement ; les agents de charge
augmentent artificiellement le volume des aliments…
Chacune de ces substances possède un nom codé: un – E – suivi de trois ou quatre chiffres. Une seule obligation
pour les industriels: indiquer leur présence sur l’étiquette.
Pourtant, à peine un tiers des additifs alimentaires couramment utilisés ont fait l’objet d’études de non-toxicité
sérieuses! Certains d’entre eux posent déjà des problèmes de santé. Le colorant orangé que l’on trouve dans certaines
saucisses (E 161) peut provoquer des problèmes dermatologiques et oculaires. Le E 102 est à l’origine de nombreuses
allergies. Pour n’en citer que quelques-uns… Certes, il ne faut pas faire preuve d’obscurantisme et tout rejeter en
bloc. Certains additifs alimentaires sont totalement dénués de toxicité: gélifiants issus d’algues, pectines, vitamines…
C’est le mélange, dans la classification officielle, entre le meilleur et le pire qui rend difficile le jugement des consommateurs non avertis. Sans discernement, ceux-ci oscillent alors entre le « tout noir » (tout est suspect) et le – tout blanc – (il ne faut pas refuser le progrès). Aujourd’hui, pour rester crédibles, les industriels de l’agroalimentaire
devraient développer une communication régulière sur leurs produits, dans une Indispensable transparence.
La digestion et l’assimilation des aliments requièrent de la part de nos organismes des opérations biochimiques
complexes. La présence de ces multiples additifs perturbateurs rend leur tâche plus difficile. Le métabolisme global finit par en être affecté, ce qui peut provoquer d’abord des intolérances alimentaires ou des sensations de fatigue chronique, puis à la longue un vrai déséquilibre biologique plus profond.

Originally posted 2014-09-02 16:11:33.

femme-ménopause

Les femmes en ménopause ou en préménopause

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

La ménopause est un passage obligé, progressif, physiologique et naturel dans la vie d’une femme. Elle se manifeste
par une modification importante des équilibres hormonaux.
Les hormones sexuelles sont les premières touchées: la production de progestérone et d’œstrogènes se tarit peu
à peu puis cesse complètement, ou presque. Ces modifications ne sont pas linéaires. Elles prennent le plus souvent
la forme d’une courbe sinusoïdale décroissante, ce qui explique que les symptômes ressentis soient changeants.
La phase de diminution hormonale est appelée préménopause. Lorsque la production hormonale a cessé, on parle
de ménopause avérée.
Pendant la préménopause, la plupart des femmes développent des symptômes divers : bouffées de chaleur, irritabilité… Ces manifestations désagréables sont souvent associées à une prise de poids. La répartition du tissu graisseux se modifie, la graisse migrant depuis les fesses et les hanches (profil gynoïde) vers le ventre (profil androïde).

Parallèlement. le métabolisme des «organes minceur» (foie, pancréas…) se transforme et leur coordination s’affaiblit.
Le foie devient plus paresseux, le pancréas plus facilement irritable, les flux insu Uniques sont moins bien contrôlés. Le drainage rénal se ralentit ainsi que la circulation lymphatique (deux processus destinés à évacuer les déchets métaboliques). L’organisme se charge plus facilement en toxines.
Tous ces éléments favorisent la prise de poids, même si l’on ne modifie son alimentation ni en qualité ni en quantité.
Cependant, dans de nombreux cas. la préménopause et la ménopause s’accompagnent d’une légère modification
alimentaire, parfois sournoise. C’est une période inquiétante, fatigante, perturbante. L’image de sol est remise en
question. On a peur de ne plus séduire. On doit faire le deuil de sa fonction de procréation… Ces éléments entraînent
un déséquilibre, souvent léger, de la discipline physique et alimentaire. On fait moins de sport, on mange un peu plus
d’aliments sucrés, rassurants et consolateurs, comme le chocolat ou les gâteaux. Combinés aux modifications hor-
monales, ces quelques écarts suffisent en général pour que les lemmes prennent entre 4 et 7 kg pendant les quelques
années que dure le passage de la préménopause à la ménopause avérée.
Face à ces bouleversements intérieurs et intimes, essayez de faire preuve d’une lucidité optimiste. Dans 90 % des cas, il faut accepter de prendre 2 ou 3 kg. S’ils sont bien répartis sur l’ensemble du corps, ils ne modifieront pas votre silhouette. Mais interdisez-vous d’en tolérer davantage. Ne laissez pas l’aiguille de la balance s’affoler au-delà de cette limite. Il n’y a aucune raison pour cela. D’autant que, après la ménopause, vous aurez beaucoup de mai à perdre les kilos en excès, à cause du ralentissement de tous les processus métaboliques.

La méthode alimentaire que je vous propose est un allié très important pour passer en douceur ce cap délicat. Le
contrôle du SLIM-data de vos aliments, seuls ou combinés en repas, vous permettra de maîtriser vos minicrises d’hypoglycémie en régulant vos (lux insuliniques, ce qui atténuera l’irritabilité, l’agressivité et la déprime caractéristiques de cette période. Dans ce contexte de contrôle métabolique, le dérèglement des organes minceur sera limité et aura beaucoup moins d’impact sur le métabolisme général, freinant la prise de poids. Si vous adoptez cette méthode dès le début de votre préménopause (et même avant!), vous traverserez toutes les phases de votre ménopause avec beaucoup plus de légèreté et de vitalité, physiques et psychiques.

Originally posted 2014-09-03 09:44:19.

comment_prendre_du_poids_sainement

Les personnes qui ont du mal à grossir

Posted by | Méthode SLIM-data, Personnes et surpoids | No Comments

En positif comme en négatif, en plus ou en moins, nul n’est jamais complètement satisfait de son sort. Et les personnes très (ou trop) minces désirent souvent reprendre quelques kilos pour étoffer une silhouette trop osseuse, même si leur métabolisme fait des envieux parmi les personnes sujettes au surpoids!
Les unes comme les autres peuvent résoudre leur problème grâce au même maître mot: l’équilibre nutritionnel.
Le rééquilibrage métabolique et organique qu’induit cette méthode provoque un réveil de la «mémoire minceur»
chez les personnes qui ont du poids à perdre et un réveil de la «mémoire grosseur» chez les personnes trop maigres.
En fait, je parle de mémoire-minceur car ce livre s’adresse d’abord à ceux qui désirent perdre du poids. Mais il aurait
été plus exact de parler de «mémoire du juste poids». Et pour retrouver ce juste poids, il faut parfois prendre quelques kilos. De l’avis même de ceux qui cherchent à grossir, c’est une entreprise encore plus difficile que de perdre des
kilos superflus. En appliquant soigneusement la méthode SLIM-data, en mâchant bien (c’est primordial pour les maigres et fondamental pour les gros) et en adoptant une activité physique régulière mais modérée, il est possible d’atteindre rapidement le résultat escompté.

Originally posted 2014-09-03 09:51:55.