//Maigrir avec conscience | Maigrir Avec Moi

Maigrir avec conscience

14788

Les vraies causes du surpoids: un secret bien gardé!

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

Vous voulez perdre du poids! Vous avez envie de mincir, de redessiner puis de sculpter votre silhouette, envie de retrouver votre énergie et votre moral, envie de rester en bonne santé… Bravo! Mais vous n’y arriverez que si vous vous posez d’abord la seule vraie question indispensable: «Pourquoi ai-je grossi?»
La première réponse: «J’ai grossi parce que j’ai trop mangé.»
Ne vous arrêtez pas là. Poursuivez votre raisonnement: pourquoi avez-vous trop mangé? Sans doute parce que le
stress et les pressions de la vie vous y ont poussé, ainsi que les sensations de fatigue, les contrariétés, les baisses de
moral… Certes. Mais, dissimulée derrière cette explication de façade, une pensée déprimante est omniprésente: « J’ai
grossi parce que je n’ai pas assez de volonté. »
C’est une première idée fausse! Vous êtes bien peu coupable d’avoir trop mangé. Vous êtes bien peu responsable
de votre surpoids. En réalité, c’est un dérèglement progressif de votre métabolisme digestif, lié à la qualité et
à l’équilibre global de votre alimentation, qui a conduit votre cerveau à réclamer un excès de nourriture dont
il n’avait pas besoin. Ces «fausses faims» constituent sa façon de faire face, comme il le peut, à l’état de souffrance dans lequel le plonge le dérèglement métabolique qui caractérise ce début de 21e siècle. Et ces fausses faims chroniques conduisent progressivement à un vrai surpoids rebelle aux régimes.

De nouveau, plusieurs questions logiques s’imposent: pourquoi le cerveau donne-t-il cet ordre stupide et erroné?
Quelle est l’origine de sa «souffrance»? Quelle est la cause de ce dérèglement métabolique qui nous impose ces
fausses faims ? Où se trouvent la racine biologique et l’explication scientifique de ce surpoids planétaire1, qui a pris son élan voilà un demi-siècle avant de devenir aujourd’hui une menace médico-sociale majeure?
Ce « secret bien gardé » se cache dans notre nourriture quotidienne, qui, je le répète, a davantage changé au
cours des 50 dernières années qu’au cours des 50 siècles précédents. Il faut mieux comprendre ce qu’est devenue
l’alimentation du 21e siècle pour atteindre la source des problèmes de poids et leur trouver une vraie solution. Il
faut apprendre aussi à regarder différemment nos aliments, la manière de les cuisiner, la composition de nos
repas…
La méthode que je vous propose n’a rien d’un retour en arrière. Bien au contraire! C’est la première méthode
adaptée aux exigences alimentaires et sociales du 21 siècle. C’est pourquoi elle n’intègre de manière prioritaire ni la
notion de calorie, ni surtout celle d’interdit. Cette méthode ne rejette aucun aliment de consommation courante et n’impose aucune contrainte frustrante ou stressante. Elle repose sur des bases scientifiques pluridisciplinaires et sur des bases pratiques; elle représente le fruit de 25 ans de recherche et d’observations au service d’une gestion efficace et durable du poids.

Originally posted 2014-09-02 13:47:18.

article_-_maigrir_progressivement_et_durablement

Maigrir, c’est aussi dans la tête

Posted by | Bienfaits, Maigrir avec conscience | No Comments

Les humains que nous sommes sont certes constitués de matière solide : un corps fait de muscles, de sang, d’organes, d’os, de glandes endocrines, d’hormones, de peau, de cheveux, de cellules nerveuses… Mais nous oublions
trop souvent que nous sommes également faits d’émotions, de sentiments, de pensées… Ces deux versants de notre être – complet -sont indispensables et indissociables. En matière d’amincissement comme ailleurs, il est donc essen- tiel de prendre en compte la dimension psychique et émotionnelle du problème (sans pour autant nous aventurer sur le terrain de la psychologie clinique ou de la psychanalyse, qui dépasse le cadre de notre propos).
Vous désirez maigrir? C’est que vous n’êtes pas complètement satisfait de votre corps actuel, que votre silhouette ne vous convient pas. C’est légitime! Pourtant, avant de vous lancer dans l’aventure, n’oubliez pas de vous interroger en douceur, avec bonne humeur et lucidité, sur vos motivations réelles, votre état de stress, l’estime que vous vous portez, la relation que vous entretenez avec votre image et avec le regard des autres… Les réponses sereines que vous pourrez y apporter vous aideront à mincir de manière encore plus efficace et durable.

Originally posted 2014-09-04 11:33:36.

pilar-lopez-k-listo-stress-sophrologie-manger

Modifier les repères du cerveau

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

Tous ces régimes, quels qu’ils soient, sont donc des réponses inadaptées à un déséquilibre plus profond qui n’est pas, ou très mal, pris en compte. Au problème de la prise de poids, ils entendent apporter une solution qui repose sur un axiome mondialement admis: la personne en surpoids est en déséquilibre pondéral ; il faut qu’elle perde cet excédent et revienne à son poids normal afin de retrouver son équilibre.
Même s’il est mathématiquement logique, ce postulat est biologiquement faux ! Ou, au minimum, bancal et incomplet. En fait, la personne en surpoids est en équilibre avec son poids! C’est du moins ainsi que son cerveau perçoit sa corpulence. Quel qu’il soit, son poids est devenu «normal» au regard de l’ordinateur central qui gère la prise alimentaire en fonction des besoins (ou des «faux besoins») du corps. Son cerveau accepte donc le surpoids
comme un état satisfaisant. D’ailleurs, si ce n’était pas le cas, il réagirait rapidement et lancerait des ordres biologiques pour réduire l’appétit et le stockage.
C’est pour cette raison que tous les régimes échouent à moyen ou à long terme. Certains peuvent faire perdre du poids dans un premier temps, mais la minceur acquise est forcément transitoire. Aux agressions stressantes de la privation et de la restriction, le cerveau finit par répondre en provoquant des crises de fringale destinées à retrouver ce qu’il considère (à tort, certes!) comme le poids d’équilibre du corps.
Pour que les résultats d’un rééquilibrage alimentaire soient durables, il faut donc amener le cerveau à modifier
ses repères quant à ce poids d’équilibre. La plupart des régimes sont focalisés sur la réduction ou la dissociation de
l’alimentation. Or, la véritable cible de l’amincissement, c’est le cerveau, et plus particulièrement le centre qui
contrôle la satiété. Il faut l’apprivoiser et le rééduquer grâce à des choix alimentaires rééquilibrants.

L’implication des émotions

Les personnes victimes de surpoids sont en permanence culpabilisées par le discours ambiant: «S’ils mangeaient moins, ils seraient moins gros.» Les kilos superflus semblent dévoiler aux yeux de tous leur manque de volonté.
C’est encore et toujours la même Idée fausse! Personne ne peut lutter contre les ordres d’un cerveau «en souffrance», qui se met en quête de nourriture et de nutriments pour compenser ses déséquilibres.
Tous les régimes érigent la minceur comme un but à atteindre: il faut multiplier les efforts, les restrictions ou
les contraintes dans l’objectif de perdre ces kilos superflus qui sont la marque visible de notre faiblesse face à la nourriture. Ces régimes Induisent ainsi une peur de l’échec qui plonge rapidement les candidats à la minceur dans un état de stress Intense. Ces derniers répondent alors à la souffrance de leur cerveau par une souffrance supplémentaire. La pression devient si forte que. le plus souvent, ils «craquent». Une pulsion alimentaire irrésistible les pousse à avaler des aliments «interdits», qui sont parfois présents jusque dans leurs rêves. Alors, pour se punir d’avoir dérogé à la règle qu’ils s’étaient fixée, ils s’infligent des privations plus draconiennes encore… quelquefois jusqu’à la limite de leurs forces nerveuses.
Le stress provoqué par tous ces régimes violents vient s’ajouter aux diverses tensions de la vie quotidienne, conduisant parfois à un écroulement proche de la dépression. Ainsi, peu à peu, se construit dans l’esprit des patients un minicauchemar éveillé: «l’infaillible échec» du régime, d’autant plus dommageable que plusieurs régimes l’auront précédé. Ces insuccès répétés se soldent par des (re)prises de poids progressives, de plus en plus importantes. C’est le fameux effet «yo-yo». Après chaque régime, on reprend les kilos perdus, plus quelques petits kilos supplémentaires.
Ces échecs minent peu à peu le moral de ceux qui voudraient mincir L’image de soi se dégrade sous l’effet conjugué de la culpabilité, de la peur, du stress et de l’impuissance à régler le problème. C’est un véritable cercle vicieux dans lequel s’enlisent à la (ois le corps et le psychisme.
Enfin, sur le plan physique, ces régimes inadaptés et ces efforts inutiles amplifient encore les conséquences néfastes decet excès de poids : risque de diabète, d’hypertension, de maladies cardiovasculaires, de problèmes articulaires… Un ensemble de troubles que l’Organisation mondiale de la santé a réunis sous l’appellation aimable de  Syndrome Métabolique – et qui progresse en même temps que le surpoids dans les sociétés industrialisées.

Originally posted 2014-09-02 14:10:56.

images (14)

Le ventre rond

Posted by | Cellulite et ventre rond, Maigrir avec conscience | No Comments

Bien des difficultés digestives chroniques se manifestent par des ballonnements installés qui viennent déformer la silhouette. À tel point que certaines personnes cherchent à mincir, alors même que leur véritable problème n’est pas
là. La quête du «ventre plat» donne lieu à des centaines d’articles dans les magazines féminins et des livres entiers sont consacrés au sujet. Le marché des compléments alimentaires « spécial ventre plat » est, lui aussi, en pleine
expansion.
Si vous vous sentez parfois ballonné(e) et que cela vous gêne, vous pouvez adjoindre à vos efforts pour mincir quelques gestes d’hygiène quotidienne qui vous aideront à avoir le ventre bien plat. Ces gestes sont d’autant plus utiles que l’inconfort digestif a des retentissements sur la vitalité et sur la prise de poids.
Ces ballonnements sont dus soit à un excès de gaz dans les organes digestifs supérieurs (ballonnements digestifs,
éructations…), soit à un excès de fermentation dans les organes digestifs inférieurs (ballonnements intestinaux, gaz…). Il s’agit de deux problèmes différents, ayant chacun des solutions particulières. À cela s’ajoutent souvent les problèmes de transit, plus fréquents chez les femmes.

Les ballonnements digestifs (supérieurs)

Tous ces ballonnements digestifs sont liés à la façon de manger. Dès que vous le pouvez, essayez de prendre vos
repas dans le calme et la sérénité. Évitez les discussions orageuses ou les images violentes à la télévision pendant
les repas. Et surtout, prenez votre temps.
Le simple fait de mâcher correctement les aliments améliore très rapidement la digestion. Il ne s’agit pas de vous
transformer en ruminant, mais simplement de mâcher les aliments au lieu de les avaler tout ronds, sur le pouce, en
vitesse. Un repas complet, composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert, devrait prendre environ 45 minutes.
Or, le plus souvent, nous expédions l’affaire en 30, voire 20 ou même 10 minutes. Ces repas pris dans la hâte ont des
conséquences directes très fâcheuses sur la digestion (et forcément sur le poids, à moyen terme).
Lorsque l’on mange vite, sans prendre le temps de mâcher, les aliments arrivent en plus gros morceaux dans l’estomac. Celui-ci doit fournir un travail plus important pour brasser le bol alimentaire. Or, en mangeant, nous avalons aussi de l’air. Et ce brassage forcé augmente la présence et la pression de l’air dans l’estomac.
Le stress joue aussi un rôle dans les ballonnements. Pour faire baisser votre niveau de stress, pratiquez ia respira-
tion minceur pendant quelques minutes avant chaque repas pour vous détendre. Et si vous traversez une période particulièrement dense, apprenez à gérer votre stress en vous initiant à l’une des nombreuses techniques
de gestion du stress.
Ensuite, suivez les conseils alimentaires prodigués dans ce livre et essayez, surtout, d’équilibrer les rations de végétaux crus et cuits. Si vous mangez trop de fruits et légumes crus, votre système digestif abritera des processus de fermentation trop intenses qui favoriseront les ballonnements.
Enfin, statistiquement, les personnes qui mangent en regardant la télévision augmentent leur risque d’avoir des ballonnements de 70 %!

Les ballonnements intestinaux (inférieurs)

Pour réduire et soulager les fermentations et ces ballonnements de la partie basse du système digestif, il faudrait,
dans l’idéal, agir à quatre niveaux: l’alimentation, le stress, la qualité de la flore bactérienne et la qualité du transit. Les trois premiers niveaux sont liés, car les déséquilibres alimentaires et l’excès de stress détériorent peu à peu la flore digestive.
Côté alimentation, ces problèmes sont souvent révélés ou aggravés par les régimes hypocaloriques ou végétariens stricts qui incitent à manger beaucoup de crudités et de salades. Manger des crudités en trop grande quantité n’est bon ni pour la santé ni pour le contrôle du poids, et encore moins pour freiner les ballonnements. Les végétaux crus sont trop riches en fibres insolubles, indigestes, qui augmentent les mouvements péristaltiques intestinaux et provoquent un « brassage » de l’air et des gaz contenus dans la partie basse du tube digestif. L’excès de crudités favorise également l’apparition de petites colites chroniques (inflammations de l’intestin), désagréables et parfois douloureuses. Une fois encore, il n’est pas question de supprimer les végétaux crus, bien au contraire, mais de leur donner une place raisonnable dans l’alimentation quotidienne. Voilà encore une bonne raison d’adopter la méthode SLIM-data: comme elle vous permet d’échapper à la tyrannie des calories, elle ne vous incite pas à surconsommer des aliments énergétiquement pauvres comme les crudités. Il vous sera alors plus facile d’équilibrer l’apport en végétaux crus et cuits, en association avec les autres catégories d’aliments (céréales, viande, poisson, laitages…).

Côté stress, tout excès favorise les spasmes intestinaux. Pour limiter le brassage de l’air dans la partie basse du tube
digestif, il faut donc essayer de contrôler votre niveau de stress. Prenez l’habitude de pratiquer la respiration minceur pendant trois minutes avant et après chaque repas. Vous mangerez moins vite et vous conserverez plus
facilement votre calme, même si vous prenez votre repas dans une atmosphère tendue.
Côté flore bactérienne digestive, il faut aussi regarder du côté du système nerveux autonome qui la contrôle. L’excès de stress, en provoquant des impacts répétés au niveau de notre système nerveux, peut déséquilibrer l’état de cette
flore. Or, une perturbation profonde et durable de vos souches bactériennes digestives peut nuire à votre bien-être et à votre santé en affaiblissant votre digestion, votre assimilation et même votre système immunitaire.
En contrôlant votre stress, vous maintiendrez plus facilement votre flore en bon état. Pour l’améliorer encore, vous
pouvez vous supplémenter en «bonnes bactéries» en faisant, à chaque changement de saison, une cure de 10 jours
d’un complément alimentaire adapté, à base de bactéries probiotiques et prébiotiques (bifidus, etc.), que vous trouverez en pharmacie, parapharmacie ou boutique de diététique, en sachets ou en gélules. Je conseille la présentation en sachets, qui préserve mieux les principes actifs.
Mais n’en abusez pas, car là comme ailleurs, tout est question de mesure et de bon sens. Ces bactéries ont une activité «vivante» à l’intérieur du tube digestif, notamment aérobie (utilisant l’oxygène). Leur excès peut donc provoquer de nouveaux ballonnements, ce qui va rencontre de l’effet recherché.

Les problèmes de transit

Si l’on s’en tient au discours scientifique courant, il n’existe aucun lien direct entre le surpoids et la constipation. De même qu’il n’y a pas d’études cliniques montrant de façon claire une relation entre le surpoids, la fatigue, la subdépression et les problèmes de constipation.
Néanmoins, mon expérience m’a amené à constater qu’un transit régulier agit toujours positivement sur les
ballonnements, sur le poids et sur l’humeur! Mes patients m’ont souvent rapporté que le fait d’aller à la selle régulièrement leur rend sourire et bonne humeur, alors que les personnes sujettes à la constipation y associent souvent angoisse et insatisfaction. Je suis donc favorable aux gestes d’hygiène de vie qui permettent de garder un bon transit, sans en faire une obsession.
Les problèmes de transit ont des causes et des solutions légèrement différentes chez les hommes et chez les femmes.
Pour les premiers, la pratique régulière d’une activité physique est souvent souveraine, surtout s’ils y associent
la prise quotidienne d’un petit bol de crudités. La pratique quotidienne de la respiration minceur est aussi très efficace, car, en régulant les spasmes du tube digestif, elle relâche les structures musculaires crispées, «spasmées», qui peuvent bloquer ou ralentir le transit.
Chez la femme, le problème se pose d’une manière particulière. Elles sont nombreuses à présenter une spécificité
anatomique : leur côlon transverse a un plus gros diamètre, il est un peu plus long et moins tonique que celui des hommes. On appelle cette particularité anatomo-physlologique le  méga-dolicho-côlon». Un nom barbare pour expliquer que les matières et les aliments circulent moins vite et moins bien dans cette portion du tube digestif. Ce ralentissement provoque souvent une irrégularité du transit et une constipation au moindre stress. Celle-ci est amplifiée par la grossesse et les modifications des habitudes de vie (voyage, déménagement, changement d’alimentation…).
Pour les femmes, il est bon de pratiquer une activité physique modérée mais régulière (marche, vélo, aquagym…) et de prendre chaque jour un petit bol de crudités. Elles peuvent ajouter à cela une cure qui donne d’excellents résultats.

Ce qu’il faut retenir
• Parfois, les problèmes de silhouette et d’embonpoint ne sont pas directement liés à un excès de poids. C’est le cas de la cellulite et des ballonnements.
• La cellulite est une graisse isolée du métabolisme graisseux général, cloisonnée par des tissus fibrosés et enflammés. Elle n’est pas forcément liée au surpoids.
• Pour s’en débarrasser, il s’agit d’abord de changer ses réflexes alimentaires, puis de rétablir les échanges métaboliques entre la graisse cloisonnée et le métabolisme général (palper-rouler, drainage lymphatique naturel, exercices ludiques de gym, respiration minceur).
• Pour lutter contre les ballonnements, il faut avant tout essayer de manger plus lentement et de bien mâcher. Surveillez également la qualité de votre flore bactérienne intestinale et la régularité de votre transit. Évitez les boissons gazeuses.

Originally posted 2014-09-04 14:50:38.

alimentation-femme-enceinte-600x330

Une méthode douce pour votre corps et votre moral

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

La méthode que je vous propose permet d’abandonner en quelques Jours tout sentiment de culpabilité envers la nourriture: on oublie la quête obsessionnelle de la minceur; on oublie le stress de la privation et la peur de ne pas atteindre les objectifs que l’on s’est fixés. La minceur n’est plus un but en soi. C’est la conséquence (bénéfique) d’un rééquilibrage plus profond. Le bien-être alimentaire devient la vraie priorité. Les calories ne sont plus des ennemies. On s’extrait immédiatement du cercle vicieux des déceptions et des rétorsions que l’on s’inflige pour se « punir » d’avoir craqué.
Personne n’est totalement coupable de ses kilos en trop. Tout le monde en est victime! Cette i révélation neurobiologique » n’est pas destinée à excuser le surpoids, mais à mieux en expliquer les rouages. Cela afin que les nombreuses personnes confrontées à ce problème cessent de se sentir coupables de leur état pour en devenir conscientes et responsables. Le sentiment de culpabilité est stérile. Il conduit aux échecs répétés, aux baisses de moral, voire à la subdépression chronique. À l’inverse, le fait de se sentir conscient et responsable permet de réagir, puis d’agir avec efficacité et en toute sérénité.
Mais avant de parvenir à agir ainsi, il faut commencer par comprendre. Cette compréhension vous permettra de fournir aisément les quelques efforts nécessaires pour respecter l’hygiène alimentaire adaptée à l’être humain du 21rsiècle.
Votre perte de poids découlera naturellement de cette nouvelle hygiène alimentaire. Une perte de poids durable, synonyme de vitalité et de bien-être physique et moral.

Originally posted 2014-09-02 14:14:42.

les-femmes-et-le-surpoids

De l’esthétique individuelle au problème de santé publique

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

Depuis plusieurs décennies, la minceur s’est imposée comme un critère esthétique majeur et un facteur d’intégration positive dans la société. Cette quête obsessionnelle de la minceur se répand de plus en plus souvent au-delà des limites du raisonnable. On rencontre même parfois des individus des deux sexes, mal dans leur peau, en conflit avec leur image (ou leur vie), qui mettent toute leur énergie à perdre des kilos qui n’existent que dans leur imagination.
Ces déviances fantasmatiques de l’image de soi peuvent même conduire à de vrais troubles physiques et psychiques: anorexie, boulimie, névroses alimentaires…
Dans le même temps, le surpoids et l’obésité ont explosé dans les pays occidentaux. Incroyable paradoxe! Chiffres à l’appui: notre planète comptait, en 2003, 300 millions d’obèses, soit 100 millions de plus qu’en 1995. En 20 ans,
le nombre d’obèses a triplé aux États-Unis et au Royaume-Uni. La France, qui compte près de 15 millions de personnes en surpoids ou obèses, voit ce chiffre augmenter de 5 % par an avec une inquiétante régularité. La proportion des enfants en surpoids, notamment, ne cesse de croître. Et même s’il faut se garder de confondre l’obésité avec le simple surpoids, il ne faut pas oublier que celui-ci a déjà de multiples conséquences négatives sur la santé.
Le problème de l’obésité et du surpoids se pose donc autant en termes de préoccupations individuelles («Je veux être mince pour me plaire, plaire aux autres et être bien intégré(e) dans la société ») que de santé globale. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 60 % des décès seraient dus à des maladies ayant un lien avec l’excès de poids!
Ce souci esthétique majeur de millions d’hommes et de femmes des années 1960 à 1990 est ainsi devenu, au fil des ans, une priorité de santé publique. L’obésité et ses conséquences (prédiabète, diabète, hypertension, problèmes articulaires et cardiovasculaires, etc.) ont largement débordé les frontières américaines pour nous menacer
directement: nous, nos proches et, bien pire, nos enfants dès leur plus jeune âge… Ce fléau s’immisce même dans les
pays en voie de développement, où la nourriture de base fait parfois défaut, mais où les produits occidentaux de «mauvaise qualité nutritionnelle» ont commencé à prendre le pas sur l’alimentation traditionnelle, faisant exploser des équilibres alimentaires déjà précaires.

Originally posted 2014-09-02 13:55:54.

femme-mange

Le langage minceur des aliments

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

Le principe de cette méthode est donc simple: je ne considère pas seulement les aliments sous l’angle de leur
contenu calorique, mais avant tout sous celui de leur capacité à générer ou non du surpoids en fonction de leur impact digestif et métabolique. Le plus souvent, ce n’est pas l’aliment lui-même qui vous fait prendre du poids, mais les pro-cessus digestifs et métaboliques qu’il déclenche dans votre organisme.
Tous les aliments ont un « langage » qu’il s’agit de réapprendre afin de pouvoir dialoguer avec eux. Ils ont même
un «langage minceur». La perte de poids devient alors la conséquence de ce dialogue, de cette communication
rétablie entre vous et le contenu de votre assiette.

Cette méthode repose donc sur un constat: il existe une très grande différence entre:
– ce que nous mangeons;
– ce que nous digérons;
– ce que nous métabolisons.

Cela fait intervenir trois index différents:
– l’index calorique (les aliments que nous mangeons);
– l’index enzymatique (la façon dont nous les digérons);
-l’index insulinique (la manière dont réagit le corps pour assimiler, utiliser ou stocker).

La méthode que je vous propose recombine ces trois index en un seul: le SLIM-data . Cet index indique le pouvoir de stockage de chaque aliment. C’est en quelque sorte un index minceur ! Dans le calcul du SLIM-data des aliments, c’est l’index glycémique qui domine. L’index calorique n’est pas totalement absent, car il correspond à une réalité alimentaire, mais il n’est plus prioritaire
Dans un premier temps, vous allez donc découvrir le SLIM-data de chaque aliment. Ensuite, vous apprendrez à associer les aliments et à les cuisiner de manière à contrôler et limiter leur pouvoir de stockage. Aucun aliment n’est véritablement interdit, il suffit de ne pas l’associer n’importe comment et à n’importe quoi. En quelques semaines, vous instaurerez un rééquilibrage métabolique et organique dont l’amincissement sera la conséquence directe.
Une sorte d’effet secondaire bénéfique de votre nouvelle façon de manger!

Originally posted 2014-09-02 14:44:44.

Je-veux-sortir-de-cet-etat-depressif_imagePanoramique500_220

Sortir de la déprime

Posted by | Bienfaits, Maigrir avec conscience | No Comments

Les chercheurs en neurosciences connaissent bien les relations étroites qui existent entre l’hypoglycémie et
l’état mental (notamment les capacités intellectuelles). Des expériences menées en milieu psychiatrique ont montré
qu’une très faible injection d’insuline (qui fait donc baisser immédiatement le taux de sucre dans le sang, en créant
une crise d’hypoglycémie) suffit souvent à provoquer une aggravation importante des symptômes chez les malades
mentaux atteints de psychoses ou de névroses chroniques graves.
Chez les personnes ne souffrant d’aucun trouble sérieux, comme la plupart d’entre nous, les effets délétères des crises d’hypoglycémie sont évidemment moins spectaculaires à court terme. Cependant, sans vous en rendre compte,
à chaque sécrétion anarchique d’insuline, à chaque baisse intempestive du taux de sucre dans le sang, à chaque coup
de fatigue, à chaque situation d’urgence dans laquelle vous plongez vos neurones (faussement affamés !), vous pertur-
bez votre tonus psychique. C’est pour cette raison, entre autres, que beaucoup de personnes en surpoids sont souvent en état de surstress, de déprime (subdépression).

Les problèmes d’image de soi induits par les kilos superflus viennent renforcer encore cette déprime latente. Et lorsqu’on se met au régime, le stress des privations vient s’ajouter à tout cela. C’est beaucoup! Souvent beaucoup trop!
La méthode SLIM-data aide à briser rapidement ce cercle infernal de souffrances physiques et morales inutiles.
D’abord, la culpabilité que l’on ressent lorsqu’on «craque» s’efface rapidement, puisqu’on ne ressent plus le besoin
irrépressible de manger (grâce au rééquilibrage métabolique et au réveil du centre de la satiété). Votre volonté
n’étant plus mise en cause, c’est une seconde «valise de stress» inutile et lourde que vous déposez sur le bord du
chemin vers la minceur. Vous voilà déjà bien allégé(e)!
Du coup, chaque pas effectué sur le chemin de l’amincissement porte ses fruits et renforce un peu plus l’image
de soi, sans que la culpabilité et la volonté viennent brouiller les pistes.
Enfin, la rééducation métabolique induite par cette méthode permet de réguler la distribution du glucose au niveau du cerveau, équilibrant ainsi le flux de certains neuro-transmetteurs. En effet, les erreurs nutritionnelles répétées,
associées à la mauvaise qualité de certains aliments, peuvent perturber la production de ces neurohormones (séro-
tonine, dopamine…). Or, ces substances biochimiques sont responsables, en grande partie, de notre bonne humeur. En retrouvant une alimentation plus saine et plus équilibrée, en harmonisant le métabolisme global, vous améliorerez la sécrétion de ces précieux neurotransmetteurs qui favorisent bon moral et joie de vivre. Un atout de plus dans la lutte naturelle contre la déprime et la subdépression liées au surstress de notre monde actuel.

Originally posted 2014-09-04 11:35:58.

transferir

Beaucoup d’autres bénéfices

Posted by | Causes du surpoids, Maigrir avec conscience | No Comments

Du coup, l’effet de ce réglage alimentaire ne se limitera pas à la minceur. Cette nouvelle façon de s’alimenter régulera en douceur tout le métabolisme digestif, ce qui est fondamental pour cultiver bien-être, vitalité et santé au
quotidien.
Le système digestif est présenté par les neurobiologistes comme un «deuxième cerveau», tant il est riche en cellules
et en connexions nerveuses. D’innombrables informations s’échangent autour de notre tube digestif. En rééquilibrant
la fonction digestive, on harmonise d’autres grandes fonctions organiques (lymphatique, hormonale, hépatique, rénale…). On gère mieux son stress et ses angoisses; le sommeil s’améliore ainsi que la qualité de la peau; les petits troubles de mémoire et les difficultés de concentration diminuent… Cette rééducation alimentaire constitue
également une parade efficace contre la spasmophilie, cette «maladie du 20e siècle» due à une mauvaise fixation de certains micronutriments essentiels sur un terrain hypoglycémique, déséquilibré et carence (j’ai l’expérience, depuis
plus de quinze ans, de l’effet bénéfique de cette méthode pour l’amélioration des terrains spasmophiles).
En modifiant en douceur votre façon de manger, vous allez renouer des relations d’amitié avec votre corps. Vous
lui enverrez des messages lui prouvant que vous l’aimez et en retour, vous vous ferez aimer de lui. Ce livre va donc
vous faire du bien. Il vous fera du bien immédiatement, dès que vous l’aurez lu, en vous débarrassant enfin de votre culpabilité et du poids de vos échecs antérieurs.
Il vous fera du bien quelques jours plus tard, quand, après avoir compris et respecté les mécanismes intimes
de votre organisme, vous le sentirez revivre et s’alléger, se réjouir.
Il vous fera encore du bien au bout de quelques semaines, car vous verrez vos kilos s’envoler progressivement,
naturellement et en douceur.
Il vous fera toujours du bien au bout de quelques mois, quand vous verrez votre silhouette se redessiner.
Et sans doute vous fera-t-il encore du bîûn au bout de plusieurs années, car vous ne subirez plus les contraintes
ou la peur du surpoids, affranchi que vous serez de l’ignorance du langage du corps et de celui des aliments.
Nos corps et les aliments que nous consommons étaient fâchés depuis plus de cinquante ans. Voici le chemin de leur réconciliation…

Originally posted 2014-09-02 15:20:08.

transferir (10)

Les bonnes raisons de maigrir

Posted by | Bienfaits, Maigrir avec conscience | No Comments

• Avant toute chose, en rééquilibrant votre alimentation pour retrouver votre juste poids, vous vous protégez contre le risque de prédiabète, puis de diabète. On compte en France plus de deux millions de personnes atteintes
d’un déséquilibre métabolique en ce qui concerne la sécrétion d’insuline et la gestion du sucre sanguin! Ce chiffre ne
prend pas en compte les diabétiques insulinodépendants; leurs troubles pancréatiques importants les obligent à s’in-
jecter de l’insuline plusieurs fois par jour. Pour ces derniers, une amélioration de l’hygiène de vie ne suffit pas à régler le problème. Mais pour ceux qui souffrent de ce que les scientifiques appellent un diabète de type II, la perte des kilos superflus, la surveillance du SLIM-data des repas et la pratique raisonnable d’une activité physique sont d’une aide primordiale. Ces gestes simples constituent, pour tous, une excellente prévention contre les risques de diabète liés à l’alimentation.

• Ensuite, en atteignant votre juste poids vous ferez beaucoup de bien à votre cœur et à vos artères. Toutes les
études sont d’accord sur ce point: les personnes sujettes au surpoids (et plus encore à l’obésité) courent davantage de risque, tant au niveau des troubles cardiaques que des accidents cardiovasculaires ou des accidents vasculaires cérébraux. Il s’avère même que la graisse «invisible» accumulée sur le ventre et autour des organes (foie, cœur,…) est la plus dangereuse sur ce plan, car elle interfère directement avec le métabolisme global. En rééquilibrant durablement votre alimentation dans le but de perdre vos kilos superflus, vous contribuerez à conserver un taux
de cholestérol sanguin raisonnable, protégeant ainsi vos contre les risques de surcharge et d’obstruction.

• Retrouver votre juste poids est une façon de diminuer le risque de cancer du sein pour les femmes. Les tissus graisseux contribuent en effet à la fabrication des hormones, notamment les œstrogènes ; ce que peu de gens
savent. Or, ces hormones féminines ont une incidence sur le risque de cancer du sein. Les femmes en surpoids ont
donc un risque accru de développer une tumeur au sein.

• Les problèmes de dos courants ou les douleurs des hanches et des genoux non pathologiques disparaissent souvent en même temps que les kilos superflus. Car l’excès de poids, même modéré, exerce une pression mécanique
permanente sur toutes nos articulations.

• Enfin, et ce n’est pas la moindre des raisons, en atteignant votre juste poids, vous allez retrouver un moral tout
neuf et entamer de nouvelles relations avec vous-même. Des relations plus sereines, plus joyeuses, plus intimes… Plus vraies! Un amaigrissement bien conçu et bien mené est un extraordinaire outil de réconciliation avec soi-même.
Les kilos perdus redessinent la silhouette… et le moral; ils aident à s’aimer et à s’estimer davantage. C’est aussi
une excellente manière de se réconcilier avec le regard des autres, qui pèse parfois si lourd lorsqu’on se sent trop gros.
En outre, l’amincissement obtenu par un « rééquilibrage biologique alimentaire » évite les coups de barre et les coups de blues liés à l’hypoglycémie, ménage les organes «précieux» de la digestion (foie, pancréas…) et ne met pas en souffrance le cerveau et la production des neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine…). Ce qui confère à cette méthode un effet secondaire non négligeable: les patients constatent toujours une amélioration durable de leur moral!

Originally posted 2014-09-04 11:34:39.