Les produits à base de soja

transferir (4)

La vente de ces produits, portée par un phénomène de mode, a explosé en Europe et aux États-Unis depuis une vingtaine d’années. Ils sont considérés comme une alternative aux produits laitiers pour les personnes ayant un excès de cholestérol1, étant allergiques au lait ou simplement en quête de minceur. Pourtant le soja, en tant qu’aliment protéine de remplacement, est un non-sens alimentaire pour les Occidentaux.
Un parallèle peut être fait avec le pain : les Occidentaux ont mis des siècles pour t rouver la recette idéale permettant, grâce à la panification qui transforme le blé, de consommer sans risque cette céréale de référence ; les Orientaux ont mis des siècles pour mettre au point la méthode de consommation idéale de leur légumineuse de référence, le soja. Le soja en lui-même, cuisiné nature, est presque toxique car il renferme des substances que l’organisme ne peut que difficilement métaboliser. Les Orientaux ont donc développé des moyens de transformation, par l’intermédiaire de processus de fermentation et de cuisson, capables de neutraliser ces substances difficilement assimilables. Ils ont ainsi créé le tofu, les pâtes de soja fermenté et les sauces de soja fermenté. Or, ce n’est pas sous cette forme que nous consommons le soja le plus souvent en Occident.
Les produits les plus répandus sont le lait et les yaourts de soja, deux appellations « marketing » tout à fait erronées.
Le «lait de soja» n’a rien à voir avec du lait. On le prépare en faisant tremper des graines de soja dans de l’eau, puis en
faisant cuire le tout et en le mixant pour obtenir un liquide épais et opaque. Boire du lait de soja non fermenté, non
transformé, entraîne chez la majorité des Européens ballonnements, mauvaise digestion, mauvaise haleine, troubles
intestinaux (diarrhées ou constipations)…
Les yaourts de soja sont fabriqués à partir de lait de soja – auquel on ajoute des épaississants et des gélifiants pour en modifier la consistance, ainsi que des fruits pour en masquer le goût fade. Cela relève du même non-sens nutri-
tionnel. Le terme «yaourt au lait de soja» donne l’impression qu’il s’agit, comme pour le yaourt traditionnel, d’un
produit issu d’un processus de fermentation. Ce n’est pas le cas. Même si certaines marques introduisent des bactéries dans leurs préparations, elles ne peuvent fermenter le soja!
D’ailleurs, cette terminologie n’est plus tolérée par la législation. En effet, on parle maintenant de « préparation à base
de soja ». Dans ces circonstances, vous pouvez imaginer ce que on pense des produits à base de soja utilisés comme substituts du lait maternel ou du lait de vache, pour les bébés et les jeunes enfants ayant une vraie intolérance au lait de la mère (ce qui est rare) ou aux laits maternisés couramment commercialisés.
Résistez à la mode du lait de soja ! Au Japon et en Chine, le lait de soja ne sert qu’à préparer le tofu. Le lait animal et
le lait de soja n’ont que leur couleur en commun. Aucune comparaison mit rît m >inielle n’est possible. Cette confusion relève d’un abus de langage et d’une apparence trompeuse.
Certes, le soja est riche en protéines, mais ces protéines ne sont pas assimilables directement par l’organisme car,
comme toutes les protéines végétales, elles sont incomplètes. Il faudrait donc associer le soja à un autre aliment pro-
téine pour obtenir tous les acides aminés nécessaires à la synthèse des protéines. Le soja ne contient pas de graisses
saturées (les yaourts à 0 % non plus !). mais il ne contient presque pas non plus de graisses insaturées essentielles,
ce qui est bien dommage pour l’équilibre nutritionnel des adultes et le développement cérébral des nouveau-nés.
Vous jugez peut-être ma position ferme et restrictive.
C’est vrai. Mais le soja en lui-même n’est pas en cause. Cet aliment a de très grandes qualités nutritionnelles quand on
respecte ses modes de préparation et de consommation originaux, ancestraux. Il a hélas été détourné de sa vraie
nature par l’utilisation incorrecte que nous en faisons.
Seuls les plats à base de tofu sont excellents et nourrissants. Vous pouvez mélanger le tofu à des légumes, du pois-
son, d’autres céréales, des soupes… C’est un ingrédient culinaire agréable, tout à fait compatible avec la santé et la minceur.

Originally posted 2014-09-03 15:56:02.

Comments

comments



tarte poire chocolat,plat italien,index insulinique des aliments tableau,index insulinique,index insulinique tableau,maigriravecmoi com,citrate de betaine maigrir,tableau index insulinique des aliments,indice insulinique tableau,tableau index insulinique.