La chirurgie esthétique

transferir (12)

Difficile de parler de «coup de pouce» lorsqu’on aborde la chirurgie. Il s’agit pour le moins d’une technique plus
«musclée»!
Il existe deux types de réponses chirurgicales aux problèmes de surpoids. La première n’a pas sa place dans ce
livre: pose d’anneau gastrique, diminution partielle du volume de l’estomac, résection du tube digestif… Ces interventions ne sont indiquées que dans les cas de grande et grave obésité, lorsque l’excès de poids est tel qu’il menace le processus vital et l’équilibre psychique. Elles appar- tiennent au monde hospitalier et demandent un suivi très sérieux, à la fois diététique, biologique, endocrinologique et psychologique.
La seconde voie chirurgicale, plus classique et plus connue du grand public, est celle de la chirurgie esthétique. Les deux interventions les plus courantes sont la lipoaspiration et la liposculpture du corps. De nos jours, il n’y a quasiment plus de différence entre ces deux techniques, car le savoir-faire et les législations ont évolué de manière très positive. Tout bon chirurgien qui pratique une lipoaspiration est aujourd’hui compétent pour redistribuer en douceur une partie de la graisse aspirée dans d’autres zones contiguës du corps, afin d’harmoniser l’ensemble du tissu graisseux et de «sculpter» esthétiquement les courbes du corps (en évitant les creux et les bosses très disgracieux des tissus).

Le choix est alors simple : soit on garde ces rondeurs qui risquent de devenir un point de fixation névrotique sur lequel on projette toutes ses insatisfactions ; soit on se soumet à une restriction alimentaire tellement stricte qu’elle risque de déséquilibrer et de carencer l’organisme sans pour autant donner les résultats escomptés ; soit on a recours à une intervention de chirurgie esthétique locale, parfaitement indiquée et qui a toutes les chances de donner de bons résultats.
Dans l’immense majorité des cas, je déconseille les interventions esthétiques (sur les tissus graisseux, s’entend)
lorsque la personne n’a pas réussi à maîtriser son surpoids, car une seconde intervention (dans le meilleur des cas) risque d’être nécessaire en fin de parcours, après la fin de la cure d’amincissement. Il faut donc impérativement maîtriser son poids et rééduquer son métabolisme avant d’attaquer les dernières zones rebelles, s’il en reste, à l’aide d’un acte de chirurgie esthétique.
Lorsque l’indication est clairement et justement posée, il reste à choisir le « bon » chirurgien. Mais pour choisir, il
faut avoir le choix. Je conseille donc de consulter plusieurs médecins. Écoutez le bouche àoreille, sélectionnez les deux ou trois meilleurs et prenez un rendez-vous avec chacun d’eux. Cela vous coûtera le prix d’une ou deux consultations supplémentaires, mais ce ne sera pas une dépense perdue.
Choisissez celui avec lequel vous vous sentez le plus en confiance, dont la voix vous plaît, qui vous fournit une écoute attentive et patiente; qui vous offre également les explications les plus claires, qui vous propose plusieurs solutions… Et aussi celui qui possède la meilleure qualification. Un chirurgien esthétique est d’abord un chirurgien ou un médecin spécialiste qui s’est qualifié ensuite en esthétique. Renseignez-vous sur son droit d’exercer et sur ses diplômes.
Fuyez toute intervention proposée dans l’arrière-chambre d’un cabinet médical, dépourvu des équipements
d’hygiène et de sécurité liés aux risques inhérents à une anesthésie. Les seules interventions qui échappent à ce
conseil sont les « micro-aspirations-sculptures -, effectuées sous anesthésie locale légère. Mais elles doivent tout de
même être pratiquées dans un espace parfaitement adapté aux normes en vigueur en matière d’hygiène et de stérilité.
Enfin, si la perspective de cette intervention éveille en vous des sentiments de peur, d’angoisse, de phobie, n’hésitez pas à vous faire aider par un psychothérapeute compétent. Certains se sont spécialisés dans les troubles de l’image du corps (dysmorphophobie), et la plupart des services de chirurgie esthétique sérieux disposent d’un psychologue ou d’un psychiatre attaché à la consultation, qui peut vous fournir ce précieux soutien.

Ce qu’il faut retenir

• Pour vous aider dans votre cure minceur, vous pouvez bénéficier du soutien de certains oligoéléments et plantes spécifiques à l’efficacité parfaitement établie: magnésium, lithium, chrome, radis noir, fenouil, orthosiphon, fucus…

• N’oubliez pas de pratiquer une activité physique (pas forcément sportive!). Inutile de trop forcer, l’essentiel est de pratiquer souvent et régulièrement une activité ludique adaptée à vos goûts.

• Associez à votre programme minceur des techniques manuelles qui ont fait leurs preuves : massage, drainage lymphatique, palper-rouler…

• Et si, lorsque vous avez atteint votre juste poids, vous apercevez quelques amas localisés (réellement disgracieux) de graisse ou de cellulite ayant résisté à tous vos efforts, vous pouvez avoir recours à la chirurgie esthétique.

• Adressez-vous pour cela à un praticien qualifié opérant dans un cadre agréé. Et n’hésitez jamais à avoir recours aux conseils ou au soutien d’un psychologue spécialisé.

Originally posted 2014-09-04 12:05:16.

Comments

comments



index insulinique des aliments tableau,tarte poire chocolat,plat italien,maigriravecmoi com,index insulinique,index insulinique tableau,citrate de betaine maigrir,tableau index insulinique des aliments,indice insulinique tableau,plats italiens.